Il rebouche lui-même les nids de poule: "Les trous sont des mini-piscines"

VideoLassé d'attendre des réfections de la voirie, Benoit Quewet rebouche lui-même les nombreux trous qui jonchent la rue qui dessert son exploitation agricole. Alertée et consciente de l'état de dégradation de la route, la commune de Sambreville refuse d'intervenir en raison du peu de passage observé sur le tronçon.

On n'est jamais mieux servi que par soi-même. L'adage est connu... et appliqué par Benoit Quewet qui a pris l'habitude de réparer lui-même la voirie face à l'immobilisme des autorités communales.

Aidé par son fils et des membres de son personnel, il s'attelle deux fois par an à reboucher les nids de poule qu'il tente d'éviter le reste de l'année. "Cela fait quelques années que l'on fait cela. Vu l'état lamentable de la rue, les trous sont quasiment des mini-piscines, on s'est dit 'on va la refaire'", avance l'horticulteur au micro de RTL Info. 

"Moins cher de réparer la route"
Le mauvais état de la voirie a occasionné d'importants dommages à son matériel. Ce qui l'a évidemment contraint à opérer des dépenses financières considérables et imprévues. "Réparer la rue deux fois par an, cela représente un coût de 1.000 euros. Cela revient bien moins cher que de colmater les dégâts engendrés au matériel. Je fais une bonne action pour les autres habitants de la rue et pour moi égoïstement." 

Plainte a été déposé à la police et les autorités communales ont été appelées à intervenir. Un message reçu, mais pas entendu. "La commune nous a répondu que cette rue n'était pas une priorité."

"Il ne faut pas rêver, ils ne vont pas refaire une rue pour cinq maisons", conclut l'horticulteur.

  1. Des traces de légionellose dans cinq entreprises, deux nouveaux patients diagnostiqués

    Des traces de légionello­se dans cinq entrepri­ses, deux nouveaux patients diagnosti­qués

    Deux nouvelles victimes de la bactérie Legionella ont été signalées dans la zone du canal à Gand, portant le nombre de cas à 23, a indiqué lundi l’agence flamande de santé Zorg en Gezondheid. L’origine de la contamination n’est toujours pas connue, mais les options ont progressivement été réduites pour être ramenées à deux entreprises. Au total, des échantillons ont été prélevés dans 17 entreprises. Deux personnes sont déjà décédées.
  2. Perquisition au siège de Carrefour à Evere

    Perquisiti­on au siège de Carrefour à Evere

    La chaîne de supermarchés Carrefour a confirmé qu'une perquisition avait été effectuée lundi à son siège d'Evere. L'auditorat de l'Autorité belge de la Concurrence (ABC) a indiqué qu'il effectuait des perquisitions auprès d'entreprises actives dans le secteur de la grande distribution "suspectées d'avoir mis en œuvre des pratiques anticoncurrentielles dans le cadre d'une alliance d'achats relative à des produits de grande consommation". Une porte-parole de Colruyt a précisé que l'entreprise n'était pas concernée. Personne n'a encore pu être joint chez Delhaize et Albert Heijn.