Plein écran
Nabela Benaïssa aux funérailles de sa petite soeur Loubna en 1997.

Il y a vingt ans disparaissait Loubna Benaïssa

Le 5 août 1992 disparaissait Loubna Benaïssa, une petite fille de neuf ans, à Ixelles. Plusieurs années se sont écoulées sans aucun éclaircissement pour la famille. L'enquête fut entachée d'erreurs. L'affaire a seulement pris de l'ampleur dans la foulée de l'affaire Dutroux. Le 5 mars 1997, le corps de l'enfant était retrouvé dans la cave du pompiste Patrick Derochette.

Plein écran

En ce jour d'août 1992, en compagnie de sa soeur Nabela, Loubna s'était rendue dans un magasin de la rue Goffart à Ixelles, non loin de la maison parentale, sise rue Gray. Les deux filles avaient oublié un pot de yoghourt. Leur mère a donc demandé à Loubna d'y retourner, seule. Elle n'est jamais revenue.

Enquête négligée
L'enquête a été négligée dès le début. Aucun juge d'instruction n'a été nommé et le parquet de Bruxelles a attendu six jours avant de s'intéresser à l'affaire. La police d'Ixelles a suivi trois pistes, dont celle menant à Patrick Derochette. L'homme, mécanicien et pompiste dans la station-service de ses parents, avait été reconnu coupable de faits de moeurs sur des garçons mineurs en 1984, et brièvement interné. Mais il avait fourni un alibi aux enquêteurs.

Plus de quatre années se sont écoulées, jusqu'à ce que le dossier soit repris par le tribunal de Neufchâteau. A la suite de l'affaire Dutroux, la famille de Benaïssa s'était portée partie civile. Une instruction judiciaire a été ouverte, ce qui n'avait jamais été fait à Bruxelles. Les enquêteurs luxembourgeois ont réussi là où leurs collègues bruxellois avaient échoué. La station-service, au coin des rues Wéry et de la Couronne, a été fouillée de fond en comble. Le 5 mars 1997, les enquêteurs ont découvert le corps de Loubna dans une boîte métallique, dans la cave. Le garage a été démoli en 2001.

Les magistrats concernés sanctionnés
Derochette a reconnu qu'il avait abusé de la petite fille. Il fut interné en 1999. Les magistrats bruxellois concernés ont été sanctionnés pour les errements de l'enquête. Cette disparition a également été abordée lors du procès Dutroux à Neufchâteau, en 2004.

  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.