Archive d'illustration
Plein écran
Archive d'illustration © Photo News

Ils attendaient un permis de construire depuis... 12 ans

Willy Borsus, ministre wallon de l’Urbanisme, est intervenu personnellement pour débloquer cette situation kafkaïenne. 

Willy Borsus (MR), vice-Président de la Wallonie, ministre de l'Économie, de la Recherche et de l'Innovation, du Numérique, de l'Agriculture, de l'Urbanisme et de l'Aménagement du territoire, de l'IFAPME et de Centres de Compétences.
Plein écran
Willy Borsus (MR), vice-Président de la Wallonie, ministre de l'Économie, de la Recherche et de l'Innovation, du Numérique, de l'Agriculture, de l'Urbanisme et de l'Aménagement du territoire, de l'IFAPME et de Centres de Compétences. © Photo News

John et Sandrine, un couple d’Écaussinnes, avait acheté un terrain à bâtir en 2006 et introduit une première demande de permis de construire l’année suivante. Ils avaient 30 et 32 ans. Six autres suivront en douze ans, sans poser la moindre brique, relate La Dernière Heure qui avait évoqué leur combat en septembre. 

Une médiatisation qui a payé puisque, dès son entrée en fonction, Willy Borsus s’est penché sur ce dossier invraisemblable bloqué dans le dédale de son administration. Quelques ajustements des plans ont suffi à trouver une issue favorable en deux mois et, mardi dernier, le facteur est venu déposer le recommandé de la délivrance: “Le permis d’urbanisme sollicité est octroyé. Signé: W. Borsus”, détaille La Dernière Heure. 

À 42 et 44 ans désormais, John et Sandrine peuvent désormais bâtir la maison de leur rêve. 

  1. La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk devait-elle servir à financer le terrorisme?
    Play

    La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk de­vait-el­le servir à financer le terrorisme?

    Un garçon de 13 ans enlevé chez lui par un groupe d’hommes lourdement armés et masqués dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 avril a été libéré cette nuit, après des négociations opérées pendant des semaines entre la famille et les ravisseurs, qui exigeaient une importante rançon (5 millions d’euros selon certains médias). Il apparaît désormais, selon plusieurs médias, que les ravisseurs sont en réalité tous liés à la mouvance salafiste et djihadiste. Il ne s’agit donc peut-être pas d’un simple règlement de comptes lié à la drogue.
  2. Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas
    Play

    Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas

    Beaucoup de Belges ont franchi la frontière avec les Pays-Bas lundi pour faire des achats ou aller dans un café ou un restaurant. Les établissements horeca ont pu rouvrir ce 1er juin. "Il y avait du monde mais la distance a été garantie", a souligné le bourgmestre de Hulst (Zélande), Jan-Frans Mulder. Sur HLN, on lit de nombreux témoignages de Belges qui ont fait fi des règles: “Je ne sais pas si c’est autorisé, mais c’est un plaisir”, ont commenté les contrevenants.