Plein écran
Le Commissariat général aux réfugiés aux apatrides à Bruxelles était une cible des terroristes.

Ils planifiaient des attentats contre des bâtiments officiels à Bruxelles au nom de Daesh

Trois hommes et une femme comparaissent mardi devant le tribunal correctionnel de Louvain. Considérés comme militants actifs de l'organisation terroriste Etat islamique, ils sont poursuivis pour avoir planifié des attaques terroristes contre des bâtiments officiels à Bruxelles.

Ahmed A.S. (31), Ayham A.S. (42), Halil K. (28) et Zeliha C. (34) auraient élaboré des plans en 2017 depuis leur domicile à Louvain, Tirlemont et Schaerbeek. Ils étaient membres de l'EI et travaillaient en étroite collaboration avec les dirigeants du groupe terroriste. 

Le quatuor avait programmé d'attaquer le ministère de l'Enseignement, le Commissariat général aux réfugiés aux apatrides, ainsi qu'un commissariat de police dont la localisation devait encore être déterminée. "Des endroits facilement accessibles", comme ils les avaient nommés.

Ahmed et Ayham A.S. sont frères d'origine irakienne. Halil K. et Zeliha C., eux, formaient un couple aux origines turques. Ils ne se seraient toutefois pas rendus en Syrie ou en Irak pour participer à des combats armés. Ils ont cependant exercé une série d'activités illégales pour faciliter des actions clandestines en Belgique, comme la vente d'armes ou de substances chimiques.

Après des mois d'observations, une perquisition a finalement été menée le 11 octobre 2017, menant à l'arrestation des deux frères. Halil K. a ensuite été interpellé aux Pays-Bas en 2018 tandis que Zeliha C. l'a été à l'aéroport de Zaventem. Tous comparaissent libres et sont présents au procès.