Plein écran
Environ 700 personnes ont pris part à un apéro engage sur la rue de la Loi à Bruxelles © BELGAONTHESPOT

Ils prennent l’apéro en pleine rue de la Loi car la pollution leur pompe l’air

Environ 700 personnes, selon l'estimation des organisateurs, ont pris part jeudi entre 18H00 et 22H00, à un apéro urbain engagé au milieu de la rue de la Loi à Bruxelles, organisé par le groupe citoyen Bruxsel'Air, le mouvement Critical Mass et l'association de cyclistes GRACQ. Les participants dénoncent la pollution de l'air et appellent le nouveau gouvernement bruxellois à tester une circulation à 3 bandes au lieu de 4 sur cette artère majeure de Bruxelles.

La présence de la ministre bruxelloise de la Mobilité, des Travaux publics et de la Sécurité routière Elke Van Den Brandt, du ministre chargé de la Transition climatique, de l'Environnement, de L'Énergie et de la Démocratie participative Alain Maron ou encore du ministre des Finances, du Budget et de l'Image de Bruxelles Sven Gatz ont notamment été signalées par les organisateurs.

Plein écran
Apéro engagé sur la rue de la Loi à Bruxelles © BELGAONTHESPOT

Les participants ont envahi un espace réservé à des travaux et le parc avoisinant avec des chaises longues, des bottes de foin et de la musique. "La rue de la Loi est hautement symbolique", souligne Florine Cuignet, chargée de politique bruxelloise au GRACQ. 

"C'est la rue qu'on voit dans les médias quand on parle de l'Europe et de Bruxelles. On voit 4 bandes réservées aux voitures, mais ce qu'on voit moins ce sont les piétons et les cyclistes. Il faut savoir que la rue de la Loi c'est aussi un axe qui compte le plus grand nombre de cyclistes en heures de pointe. Il serait donc normal de leur faire plus de place. C'est une question de mobilité, mais aussi de qualité de l'air. C'est une 'rue canyon' avec de très grands bâtiments qui entourent un trafic dense, ce qui fait que la pollution reste concentrée à l'intérieur", précise-t-elle.

Plein écran
Environ 700 personnes ont pris part à un apéro engagé sur la rue de la Loi à Bruxelles © BELGAONTHESPOT

À cette occasion, différentes initiatives ont été mises en avant, parmi lesquelles celle de la fondation GoodPlanet intitulée "Ami du vélo", qui invite les gens à apposer sur leurs fenêtres un sticker indiquant qu'ils sont prêts à rendre de menus services aux cyclistes, par exemple en leur donnant de l'eau ou en les aidant en cas de panne.
En août 2017, environ 400 personnes s'étaient déjà réunies sur un autre site de travaux de la rue de la Loi pour appeler à une transformation de l'aménagement.

Plein écran
Apéro engagé sur la rue de la Loi à Bruxelles © BELGAONTHESPOT
  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.