Barbara en cuisine avec l'équipe du restaurant Luca, à Uccle.
Plein écran
Barbara en cuisine avec l'équipe du restaurant Luca, à Uccle. © Facebook

Ils préparent et distribuent des repas chauds aux gens dans le besoin pendant le confinement

témoignageDepuis le début du confinement, un petit groupe de Bruxellois baptisé “Waste no more” prépare chaque jour des repas chauds dans les cuisines des restaurants La Luck et Luca, avant de les distribuer aux plus démunis. Entre 50 à 80 repas chauds sont ainsi servis à des sans-abri, des migrants ou encore des personnes sans revenu et isolées qui se retrouvent d’autant plus délaissés à cause de la crise sanitaire actuelle.

L’initiative a été lancée par Barbara Schoen-De Bruin quelques jours avant que le confinement ne soit décrété. “Je me suis tout de suite imaginé que ça allait être problématique pour les plus démunis, les personnes isolées, malades, âgées, qui ne peuvent pas se déplacer, etc.”, nous explique-t-elle. Après avoir mentionné sur son mur Facebook qu’elle était à disposition pour aider de quelque manière que ce soit, une connaissance lui a parlé de la plateforme citoyenne bruxelloise “Covid-Solidarity”. Barbara s'y est inscrite, et de fil en aiguille, a rencontré d’autres personnes qui lui ont permis de mettre son projet en pratique. 

Avec l’aide d’une dizaine d’amis, elle récolte tous les jours les invendus des commerces de son quartier avant de les transformer en une petite centaine de plats chauds qui sont ensuite offerts aux personnes dans le besoin dans la zone d’Ixelles, Forest, Saint-Gilles, Watermael-Boitsfort et Porte de Namur. Une manière d'éviter le gaspillage alimentaire tout en venant en aide aux personnes qui en ont le plus besoin.

Peu de temps après, les restaurants La Luck, situé à Ixelles, et Luca, à Uccle, lui ont proposé de mettre leurs cuisines et leurs chambres froides à disposition pour préparer à manger et ainsi augmenter le nombre de repas chauds. 

“Évidemment on respecte les règles d'hygiène, on porte des masques en tissus que des gens nous ont généreusement offerts, on a des gants, du gel hydroalcoolique et on ne travaille qu'à deux pour respecter les mesures de distanciation sociale", nous précise Barbara. 

(lire la suite sous la publication)

Repas chauds

La formule est simple: “On récolte les invendus, chacun dans sa zone, on les apporte au point de collecte, qui est soit Luca, soit La Luck selon le jour, et ensuite le restaurant fait à manger avec les produits récoltés du jour”. Petite particularité de cette initiative, tous les repas sont servis chauds. “Ça nous prend environ deux heures par jour. Deux personnes cuisinent, et quand c’est prêt, deux autres personnes viennent chercher les repas et les distribuer en voiture”. 

“On a été arrêtés par la police plusieurs fois, mais on a toujours plein de nourriture dans la voiture, on est masqués et gantés et on explique simplement qu'on va servir à manger aux SDF. Et ce qui nous touche le plus, c’est que la police nous félicite toujours et nous laisse passer”, explique Barbara, qui ajoute que son initiative respecte dans les règles établies par le gouvernement. “On a le droit de se déplacer pour venir en aide à quelqu'un dans le besoin”. 

Solidarité

“Je suis super émue de l’engouement solidaire que cette crise génère”, ajoute encore Barbara. “On est tous dans une situation difficile, et il faut qu'on soit solidaire. Les gens ont du temps, ils ont besoin de se sentir utiles et de faire quelque chose qui a du sens”. 

Si vous habitez la zone et souhaitez vous aussi aider, vous pouvez vous mettre à la recherche des invendus de votre quartier et les apporter au point de dépôt, ou aux autres associations qui sont elles aussi en recherche de produits. Évidemment, les commerçants bruxellois qui le souhaitent peuvent également offrir leurs invendus à Barbara et à ses amis qui se feront un plaisir d’en faire des petits plats pour ceux qui en ont le plus besoin. 

Le point de dépôt est ouvert tous les jours entre 16h et 17h à La Luck Bruxelles, Rue Washington 74, à Ixelles, ou chez Luca, rue Général Mac Arthur 3-5, à Uccle. Sont principalement demandés des fruits et légumes, pâtes, riz et bouteilles d’eau.

  1. Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    La commission des Finances de la Chambre a approuvé mardi, à l'unanimité moins l'abstention du PTB, le projet de loi qui couvre les crédits fédéraux pour avril, mai et juin. Le texte accorde un milliard d'euros à la provision interdépartementale afin de faire face aux dépenses urgentes de la crise. Une grande partie sera affectée aux dépenses sanitaires, a indiqué le ministre du Budget, David Clarinval.