Selman Erdogan
Plein écran
Selman Erdogan © Selman Erdogan

Insulté, le boucher de Jumet explique son appel au stockage de vivres: “J’ai paniqué”

InterviewMardi soir, le Conseil National de Sécurité (CNS) a limité les déplacements de toutes les personnes sur le territoire afin d’endiguer le coronavirus. Mais avant même cette annonce, un boucher de Jumet (Charleroi), Selman Erdogan, avait appelé les gens à stocker un maximum de vivres à leurs domiciles. Il avait publié au moins deux vidéos sur sa page Facebook en ce sens dont l’une a été retirée.

Selman Erdogan regrette d’avoir demandé aux gens d’accumuler les marchandises chez eux: “Je me suis mis à paniquer. Je pensais que le gouvernement belge allait imposer un cloisonnement aussi strict qu’en Italie. Je croyais qu’il y aurait un gros blocage. Ce qui n’est pas le cas.”

Depuis lors, il dit avoir reçu une centaine de messages privés. Certains tentent de le ramener à la raison, mais d’autres sont insultants. Certains commentaires en-dessous de sa vidéo qui est toujours visible sur Facebook en témoignent.

Intention

Il explique pourtant que tout partait d'une bonne intention: “Dans plusieurs magasins, on ne trouvait plus de pâtes, de papiers toilettes... dans les rayons. Mon objectif était de dépanner les gens. Or, l’un de mes amis tient lui-même un magasin à Jumet. Comme il connaît des difficultés financières et que son commerce ne manquait de rien, j’ai voulu aiguiller les gens vers lui. C’était pour rendre service à tout le monde.”

Notre interlocuteur s’était même proposé de faire quelques courses pour des gens dans le besoin de la région de Charleroi: “J’ai livré une vieille dame qui habite près de chez moi, mais aussi mes neveux ou ma belle-sœur.”

Achats

En tout, il acheté 25 kilos d’oignons et de pommes de terre, 20 kilos de pâtes, environ trois litres d’huile, 12 litres de lait, quelques fromages fêta, quatre Goudas, deux kilos de tomates, des piments turcs, deux plateaux d'œufs, des biscuits, du chocolat, des chips et il a commandé 50 kilos de farine.

Retrouvez, ici, toute l’actualité de Charleroi et de sa région.

  1. “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    Il faudra en premier lieu rouvrir les écoles, graduellement cesser le télétravail, et puis après rouvrir les cafés et restaurants, estime la ministre de l’Economie Nathalie Muylle (CD&V) en évoquant un retour à la normale après la pandémie de Covid-19. “C’est pourquoi nous devons soutenir au maximum le secteur horeca: nous oeuvrons avec chaque secteur à des mesures spécifiques pour rendre la relance possible”, assure-t-elle lundi dans Het Laatste Nieuws.