Plein écran
© belga

"Je ne peux tolérer qu'on allègue des erreurs de B-Fast"

"Je ne peux pas tolérer qu'un fonctionnaire du SPF Santé publique soit montré du doigt et qu'il soit allégué que des erreurs ont été commises lors de la mission de B-Fast au Népal", a indiqué mercredi la ministre de la Santé publique Maggie De Block, par le biais de sa porte-parole. Elle réagit ainsi à la critique formulée plus tôt mercredi par des médecins urgentistes, dont Luc Beaucourt de l'hôpital universitaire d'Anvers (UZA).

Selon la ministre, tous les départements concernés (Santé publique, Défense, Affaires intérieures et étrangères) doivent analyser la mission menée au Népal afin d'en tirer des leçons. Mais un seul fonctionnaire d'un département ne peut être le bouc émissaire de cette affaire, estime-t-elle.

"Selon nos informations, le fonctionnaire concerné s'est consacré à B-fast 24h sur 24 et est également un responsable opérationnel passionné par la lutte contre EBola", note Els Cleemput, porte-parole de la ministre. Selon la ministre, la critique est facile et les reproches émis par les médecins seraient dus à un conflit d'égos.