Plein écran
Jean-Paul Philippot, administrateur général de la RTBF. © BELGA

Jean-Paul Philippot invité à rembourser les montants perçus au-delà de son plafond salarial

Mise à jourLe gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé jeudi de réclamer à l'administrateur général de la RTBF, Jean-Paul Philippot, le remboursement des rémunérations perçues au-delà de son plafond salarial entre 2014 et 2018, soit quelque 60.000 euros au total. Le CSA a par ailleurs remis ce jeudi un avis favorable à la reconduction de son mandat.

La part variable de son salaire pour 2019 sera également revue au besoin à la baisse afin que ses émoluments pour l'ensemble de l'année ne dépassent pas ce même plafond.

Ces décisions s'appuient sur différents rapports demandés par le gouvernement après la révélation dans la presse, en décembre dernier, que le patron du bd Reyers avait touché en 2018 un salaire de 375.000 euros, soit 50.000 euros de plus que le montant déclaré dans le rapport annuel de la RTBF publié sous sa responsabilité.
En agissant de la sorte, la RTBF n'a pas respecté l'obligation - légale - de transparence sur les rémunérations de ses dirigeants prévue par une décret de 2003, dénoncent les rapports.

Sans aller jusqu'à dénoncer une intention délibérée, ceux-ci estiment néanmoins que les services administratifs de la RTBF, ses organes de gestion ainsi que les organes de contrôle internes et externes "n'ont pas correctement" exercé leurs missions à cette occasion.

Pour y remédier, le gouvernement arc-en-ciel a dès lors décidé jeudi que les procédures liées au bon respect des contrats d'emploi des gestionnaires publics seraient renforcées, de même que le processus de vérification des rapports annuels de l'entreprise. 

La méthodologie d'audit exercée par les commissaires du gouvernement sera également réévaluée pour assurer un contrôle plus efficace.

"Le gouvernement exige que les différentes instances du média public se mettent sans délai en conformité par rapport aux demandes formulées par l'exécutif sur le plan financier, de la gouvernance et du contrôle. Il en va de la crédibilité du média public et de la responsabilité sociétale qui lui incombe en matière de transparence", martèle l'arc-en-ciel dans un communiqué.

Avis favorable du CSA à la reconduction de son mandat

La semaine dernière, la ministre des Médias Bénédicte Linard (Ecolo) avait néanmoins déjà adopté un arrêté ministériel qui plafonnera strictement le salaire de l’administrateur de la RTBF à 245.000 euros par an, soit une réduction salariale de quelque 35%.

Ces décisions tombent alors que l'administrateur général de la RTBF sollicite un quatrième mandat de six ans à la tête de la radio-télévision publique. Le CSA a d’ailleurs remis jeudi au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles un avis favorable sur cette question. La décision du gouvernement est attendue à la mi-février. 

La semaine dernière, Jean-Paul Philippot avait présenté sa vision stratégique pour le service public devant le Collège d’autorisation et de contrôle. A aucun moment durant l’audition la polémique récente née autour du salaire de l’administrateur général n’avait été abordée. “Le CSA n’a pas dans ses missions de contrôler cet aspect contractuel”, avait alors expliqué son président Karim Ibourki. 

Arrivé en février 2002 à la tête de la cité Reyers, Jean-Paul Philippot est parvenu en trois mandats à redresser les audiences ainsi que les finances de la radio-télévision publique, et lui faire prendre le train de la révolution internet.

Son plan de transformation présenté en 2018 visant à faire de la RTBF une entreprise 360° et 100% digitale a toutefois suscité beaucoup de remous au sein du personnel, celui-ci dénonçant les bouleversements dans le fonctionnement de l'entreprise et le manque d'effectifs.