Jessica a créé une bibliothèque solidaire pour s’échanger des livres durant le confinement

Les librairies sont fermées, mais les lecteurs avides de découvertes littéraires sont toujours bien présents. Alors qu’elle n’avait plus de livres à lire, Jessica Beaufays s’est dit qu’elle allait créer un groupe Facebook d’échange de bouquins. “La bibliothèque solidaire de Verviers” rencontre son petit succès et pourrait donner des idées aux lecteurs d’autres communes.

Illustration.
Plein écran
Illustration. © Getty Images

En cette période de confinement, on a peut-être parfois l’impression de ne pouvoir rien faire. Pourtant, en restant chez soi, on peut tenter des expériences culinaires inédites, redécouvrir des muscles que l’on avait oubliés en faisant du sport, binge-watcher des séries entières, on peut aussi, bien sûr, en profiter pour nettoyer sa maison ou son appartement de fond en comble. Et, enfin, on peut profiter de ce temps de repos pour lire. Mais à la longue, les livres viennent à manquer et en trouver des nouveaux est compliqué, étant donné que les librairies sont fermées.

C’est après ce constat, alors qu’elle venait de terminer de lire ses derniers bouquins, que Jessica Beaufays a décidé de créer un groupe solidaire sur Facebook. Sur celui-ci, intitulé “La bibliothèque solidaire de Verviers”, les Verviétois peuvent proposer des livres à prêter ou à donner. Un groupe qui remplace, en quelque sorte, les “boîtes à livres” que l'on peut trouver dans quelques communes. “Je me suis dit que je n’étais pas la seule dans ce cas et que les gens des environs pouvaient s’entraider grâce à un réseau de solidarité.”

Citation

J’ai demandé à mon libraire, Bernard Quickels, de “La Traversée”, ce qu'il en pensait et m’a donné son soutien sans hésiter.

Jessica

Un soutien très important pour la jeune femme, puisqu’elle ne veut en aucun cas remplacer les libraires après la fin du confinement. “On m’a demandé si le groupe allait toujours exister quand tout reviendra à la normale. Je pense que oui et que ce sera une belle façon de partager des livres que l’on ne lit plus. Ce qui n’empêchera pas d’aller chez son libraire pour acheter de nouveaux ouvrages”, commente-t-elle.

Comment ça fonctionne ?

Les membres du groupes publient les photos des livres qu’ils souhaitent prêter ou vendre. Les personnes intéressées commentent alors la publication. 

Citation

Je leur demande de ne pas exagérer et de prendre des livres que s'ils n’ont plus rien à lire. Ça ne sert à rien de faire un stock et de priver d’autres personnes de lecture.

Jessica

Ensuite, un “rendez-vous” est fixé. Mais bien sûr, en respectant le confinement. Les prêteurs déposent leurs livres quelque part devant chez eux et les personnes qui doivent les récupérer profitent d'une sortie quelconque pour le récupérer. “Je préfère qu'ils favorisent une balade à pied ou à vélo plutôt qu'ils prennent leur voiture juste pour ça”, commente la jeune femme.

Tous les jours, de nouveaux livres sont proposés par les membres. Il n’y a plus qu’à choisir celui que l'on souhaite lire. Bien évidemment, cette offre est réservée aux Verviétois. Si l’idée vous tente, pourquoi ne pas lancer la bibliothèque de votre commune ?

Retrouvez ici toute l’actualité de la province de Liège.

  1. Une quarantaine en labo sous supervision de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Une quarantai­ne en labo sous supervisi­on de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Le désormais célèbre virologue Marc Van Ranst a communiqué à l’avocat de Selena Ali, la propriétaire du chat péruvien, que son laboratoire de l’université de Louvain pouvait se charger de la quarantaine de Lee. “Vu que la rage est une maladie excessivement mortelle, et qu’elle nécessite des précautions extrêmes, une période de quarantaine peut être nécessaire”, résume-t-il en ajoutant qu’il est hautement improbable que le petit chat développe la maladie ultérieurement.