Plein écran
Le 23 janvier 2009, Kim De Gelder ôtait la vie à deux bébés et à une puéricultrice de 54 ans, Marita Blindeman, dans une crèche de Termonde. © BELGA

Kim De Gelder va être interné

Kim De Gelder (30 ans), condamné à la perpétuité pour la tuerie perpétrée en 2009 dans une crèche de Termonde, va être interné. C’est ce qu’a décidé la chambre de protection sociale du tribunal de l’application des peines aujourd'hui.

“Risque élevé de récidive”

Le parquet de Flandre orientale ne s’est pas opposé à l’internement de Kim De Gelder. Il estime en effet que l’homme doit “être traité à vie sous surveillance afin de faire face au risque élevé de récidive”, a indiqué l’instance judiciaire vendredi. “La sécurité de la société est centrale et d’une importance primordiale”, a déclaré la magistrate de presse, An Schoonjans.

La procédure a été lancée après le dépôt d’une demande d’internement par la direction de la prison d’Audenarde en mars 2017, explique Mme Schoonjans. “La chambre de protection sociale a nommé un collège de cinq experts. Après une enquête de deux ans, le collège a conclu à l’unanimité que Kim De Gelder souffre actuellement d’un trouble mental grave et devait être traité dans la plus haute institution sécurisée de notre pays”, poursuit-elle.

Rapports d’experts

Le président de la chambre de protection sociale Rob Perriëns s’est basé sur le rapport des experts et celui des directeurs des prisons d’Audenarde et de Gand. L’instance a donc décidé de renvoyer Kim De Gelder dans la section psychiatrique de la prison de Gand.

Dans une phase ultérieure, il pourra être décidé de déplacer l’accusé vers un centre de psychiatrie légale. Si celui-ci estime plus tard que l’état mental du jeune homme est stabilisé, le tribunal peut décider de renvoyer le condamné en prison pour terminer d’y purger sa peine. “Si le désordre mental de Kim De Gelder s’améliore à l’avenir, le statut d’internement pourrait être levé et il pourrait continuer à purger sa peine à perpétuité en prison, comme le prévoit la loi sur l’internement”, selon le ministère public.

Lettre aux victimes

Le parquet informera les victimes. “La procédure actuelle implique la conversion d’une condamnation en internement. La loi ne prévoit pas l’intervention des parties civiles pendant cette procédure. Dès que le jugement est définitif, c’est-à-dire lorsque le délai d’appel est expiré, l’intéressé doit à nouveau se présenter dans un délai de trois mois devant la chambre de protection sociale.”     

Les victimes recevront une lettre avec des explications supplémentaires vendredi. “Elles seront bientôt invitées par l’intermédiaire du service d’aide aux victimes de Termonde à se familiariser avec leurs droits dans le cadre d’une procédure d’internement”, conclut Mme Schoonjans.

Rappel des faits

Le 23 janvier 2009, Kim De Gelder ôtait la vie à deux bébés et à une puéricultrice de 54 ans, Marita Blindeman, dans la crèche Fabeltjesland. L’auteur des faits avait également reconnu avoir assassiné Elza Van Raemdonck, 72 ans, le 16 janvier 2009 à Vrasene (Flandre orientale). La cour d’assises de Gand a condamné le jeune homme, âgé de 20 ans au moment des faits, à la perpétuité le 22 mars 2013 pour ces quatre assassinats et 25 tentatives de meurtre. La défense avait toutefois plaidé que son client soit interné car ce dernier souffrirait de schizophrénie. Le jury avait, lui, considéré que Kim De Gelder était responsable de ses actes au moment des faits.

L’état du tueur s’est depuis lors détérioré, selon son avocat Jaak Haentjens. Le condamné, qui est aujourd’hui incarcéré à Gand, a changé plusieurs fois d’établissement pénitentiaire en quelques années, séjournant un temps à la prison d’Audenarde en 2017. Le directeur de cette dernière avait alors introduit une demande d’internement, grâce à la nouvelle loi relative à l’internement de 2016.

  1. Un dealer belge risque l’exécution en Thaïlande: “Ici, il aurait à peine eu une amende”

    Un dealer belge risque l’exécution en Thaïlande: “Ici, il aurait à peine eu une amende”

    Danny V.D.V., un Belge de 57 ans, risque une lourde peine d’emprisonnement voire même la peine de mort pour avoir dealé de la cocaïne en Thaïlande, où il est installé depuis longtemps. La famille et les amis du Belge s’inquiètent: “Une exécution? Allez, franchement! Ici, un dealer reçoit une amende, ou peut-être un bracelet électronique, quand même pas une injection létale!”.