Illustration.
Plein écran
Illustration. © Jan Van Maele

Knokke assouplit légèrement ses mesures de confinement

Les exploitants de bars de plage de Knokke-Heist peuvent finalement continuer à installer leurs établissements après que cet assemblage eut été préalablement mis en suspens, indique mercredi l'échevin local de la Plage et de la Digue Anthony Wittesaele. L'opération doit toutefois se dérouler sous de strictes conditions, comme le respect des distances nécessaires.

Les terrasses, les tables et les chaises ne peuvent cependant pas être installées et celles qui l'auraient déjà été doivent immédiatement être retirées. Cela afin d'éviter que des piétons ne viennent s'y asseoir, justifie la commune.

Si les strictes conditions ne sont pas respectées, les exploitants des bars encourent une amende. Leurs établissements ne peuvent quant à eux pas ouvrir leurs portes pour le moment. Les cabines de plage des particuliers ne peuvent pas non plus être installées. 

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.