Knokke-Heist veut infliger de sévères amendes aux touristes qui nuisent à son image

La commune balnéaire de Knokke-Heist en a marre des touristes qui se comportent grossièrement à ses yeux durant l'été. Elle prépare un plan qui prévoit d'infliger des amendes aux personnes qui déambulent en maillot sur la digue ou prennent un repas assis à même le sol.

Sous l'impulsion de son bourgmestre Léopold Lippens, Knokke-Heist prépare un plan pour préserver son image. "Cet été, on se serait cru par moments dans un cirque", déplore l'échevin du Tourisme, Anthony Wittesaele. Sur les réseaux sociaux, des vidéos montrent notamment des touristes en train de se laver dans la célèbre fontaine rose de la Lichttorenplein.

La commune voudrait infliger des amendes de minimum 250 euros à tous ceux qui ne suivent pas son code de bonne conduite. "Bien sûr, nous communiquerons largement à l'avance. Ainsi, nous voulons garantir la qualité du rayonnement de Knokke-Heist. Car sinon notre carte de visite, et donc notre 'business plan', se dégradera", justifie l'échevin.

“La plage n’est pas une boîte de nuit”

Le plan prévoit aussi l'interdiction pour les bars du littoral de diffuser de la musique sur la plage à partir de 2020. Ces dernières années, ces bars avaient déjà dû limiter les sons à 75 dB au lieu de 85. "Si tout le monde respectait cette règle, nous ne devrions pas intervenir. Mais si les exploitants ne veulent pas nous écouter, nous n'avons pas le choix", estime le bourgmestre Léopold Lippens. "La plage n'est pas une boîte de nuit. Nous voulons rétablir le calme pour tous les habitants.”

De plus, les bars ne seront plus autorisés à vendre des collations sur la plage. Seules les collations froides distribuées gratuitement avec une boisson seront admises.

Plein écran
Dresscode Knokke-Heist: het gemeentebestuur vraagt gasten op ludieke manier die te respecteren © Mathias Mariën
Plein écran
Léopold Lippens, bourgmestre de Knokke-Heist. © Photo News
  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.