Plein écran
© belga

L'accident ferroviaire de Pécrot commémoré

Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga

Une centaine de personnes ont rendu hommage dimanche matin aux victimes de l'accident ferroviaire de Pécrot, survenu le 27 mars 2001, qui avait causé la mort de huit personnes, dont trois membres du personnel de la SNCB, et en avait blessé une douzaine d'autres.
 
Dans la foule, les familles des victimes, les autorités communales, quelques représentants locaux d'Infrabel et de la SNCB -qui ont déposé une gerbe de fleurs-, des conducteurs et accompagnateurs de trains, mais aussi des riverains qui se souviennent encore de l'accident.
 
Lors de cet hommage public, le bourgmestre de Grez-Doiceau a brièvement rappelé les faits et s'est adressé aux familles des victimes, à leurs proches et aux riverains. "Je ne veux pas être polémique, mais je souhaite rappeler que la sécurité doit être considérée en tout premier lieu, bien avant la rentabilité", a précisé Alain Clabots.
 
L'accident s'était produit le 27 mars 2001 peu après 8H45, sur la ligne Ottignies-Louvain. Un train, dont le conducteur avait brûlé un feu rouge, avait percuté un train de voyageurs venant en sens inverse.
 
Le 15 septembre 2004, le tribunal de police de Wavre avait estimé que la SNCB était seule responsable de l'accident, écartant ainsi la responsabilité du conducteur qui avait brûlé le feu rouge. La SNCB, qui n'avait pas interjeté appel du jugement, avait été condamnée au payement d'une amende de près de 100.000 euros mais la sanction était assortie d'une condition qui consistait à investir ce montant dans des aménagements de sécurité. (belga)

Plein écran
© belga