Plein écran
Le film montre comment l'actrice Joke Sluydts met la main sur une poupée et se fait violer. La scène a été entièrement recréée à partir d’une histoire vraie, dans laquelle une fillette de 8 ans a été maltraitée. © Childfocus

L'actrice qui joue le viol dans la campagne Child Focus: "J'ai eu la nausée quand on me l'a demandé, mais j'ai dit oui”

Avec ce film qui montre deux adultes se livrant au viol d’une fillette de 8 ans, Child Focus demande de faire de la lutte contre la pédopornographie une priorité. La vidéo est très choquante, “mais la réalité est bien pire”.

La dernière vidéo de Child Focus (disponible ici), qui n’est pas destinée à un public de moins de 18 ans, laisse un sentiment de tristesse et ne convient pas à un public sensible. On y voit comment un homme adulte écrit “fuck me” sur le ventre d’une femme, lui donne une poupée et se jette sur elle. Viennent ensuite plusieurs échanges jusqu’à ce que l’image devienne floue et que le message “Ceci n’est pas du porno” apparaisse. Le film a été réalisé en collaboration avec la sexologue et psychologue clinique Goedele Liekens. 

L’aspect le plus choquant du film est qu’il est basé sur une histoire vraie. “En réalité, c’est une fillette de 8 ans qui a été maltraitée de cette façon”, explique Heidi De Pauw, PDG de Child Focus. “Chaque jour, plus de 19 millions d’images d’abus pédosexuels sont diffusées dans le monde. Nous comprenons donc que certaines personnes trouveront cette vidéo choquante, mais la réalité est encore plus cruelle”.

L’organisation constate que les images qui arrivent deviennent de plus en plus horribles. “Dans le passé, l’âge moyen des enfants maltraités était de huit ans. Nous constatons que les enfants ont aujourd’hui en moyenne à peine trois ou quatre ans et qu’ils sont de plus en plus maltraités de manière violente”, ajoute Heidi De Pauw.

Plus proche qu’on ne le pense

L’an dernier, Child Focus a reçu 1.782 signalements d’images d’abus pédosexuels, soit une augmentation de 136% par rapport à 2017. “De plus, la police fédérale a reçu 18.000 autres rapports des États-Unis”. Les grandes entreprises comme Google et Facebook ont l’obligation de signaler les contenus pédopornographiques. La police américaine a donc commencé une collaboration avec la Belgique. S’ils peuvent relier des images à notre pays, ils en informent la police fédérale.

“14.000 de ces 18.000 signalement sont parvenus via Facebook”, explique Heidi De Pauw. “Dans le passé, tout était sur le Darkweb. Aujourd’hui, ces images sont également distribuées via des canaux tels que Facebook, WhatsApp et Skype, des sites que nous utilisons quotidiennement. C’est beaucoup plus proche qu’on ne le pense. Si vous voyez passer ce genre d’images, vous devez savoir que vous pouvez le signaler”.

Un signal d’alarme

D’après Heidi De Pauw, une campagne dure et choquante est nécessaire pour réveiller tout le monde. “Derrière chaque image, il y a une vraie victime de chair et de sang qui portera ce terrible événement avec elle pour le restant de ses jours. Nous devons faire de la lutte contre la maltraitance des enfants une priorité. C’est un signal d’alarme pour les politiciens: donnez à tous les services concernés l’influence juridique et les ressources nécessaires pour mettre un terme à tout cela”. Elle demande, à l’instar de l’exemple américain, que les entreprises belges soient également tenues de rapporter tout fait de pédopornographie. En outre, Child Focus souhaite également pouvoir prendre des images hors ligne. Ce n’est aujourd’hui possible que par l’intermédiaire de la police ou des tribunaux.

Stop it now

Avec cette campagne, Child Focus souhaite également attirer l’attention des personnes qui recherchent de la pornographie enfantine, insister sur l’aspect cruel de cette recherche et sur le fait que c’est punissable. “Nous espérons les amener à une prise de conscience et à les encourager à chercher de l’aide. Même les personnes qui remarquent qu’elles passent du porno ordinaire à du porno plus extrême avec des personnes de plus en plus jeunes, peuvent aller sur www.stopitnow.be pour obtenir de l’aide, même de façon anonyme. 

La campagne peut être consultée en ligne à l’adresse www.chaletfilm.be Si vous voulez signaler un cas de maltraitance d’enfant, vous pouvez contacter la police ou vous rendre sur le site www.stopchildporno.be.

  1. Un prof d’un athénée à Huy écarté après avoir posté une vidéo antisémite sur Facebook

    Un prof d’un athénée à Huy écarté après avoir posté une vidéo antisémite sur Facebook

    L'organisme Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE) s'est constitué partie civile dans le cadre d'une action pénale lancée à l'encontre de Talal Magri, professeur de religion islamique à l'Athénée Royal Agri Saint-Georges à Huy, a indiqué le porte-parole du cabinet de Frédéric Daerden, vice-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles et ministre de tutelle de WBE. Une procédure d’écartement a été prise à son encontre.