Le message délivré par l'AD Delhaize de Gosselies à ses clients.
Plein écran
Le message délivré par l'AD Delhaize de Gosselies à ses clients. © Adrien Binon sur Facebook

L’AD Delhaize de Gosselies restreint la vente de certains produits: “L’afflux était trop important”

Mise à jourLe gouvernement fédéral a tranché ce jeudi soir. De nombreuses restrictions ont été émises pour empêcher le coronavirus de se propager. Par exemple, seuls les magasins de première nécessité et les pharmacies peuvent rester ouvertes les week-ends jusqu’au 3 avril inclus. Du coup, de nombreuses personnes ont pris d’assaut les supermarchés. C’était notamment le cas à l’AD Delhaize de Gosselies (Charleroi).

L’AD Delhaize à Gosselies a restreint la vente de certains de ses produits à la population. Le but est de pouvoir répondre aux besoins de tous ses clients. Chaque personne ne pourra s’approvisionner que de deux articles maximum par famille de produits. Par exemple: deux boîtes de pâtes différentes, deux packs d’eau différents, deux conserves de légumes différentes, deux papiers toilettes ou essuie-tout différents, deux sacs de pomme de terre, deux kilos de tomates fraîches et deux paquets de charcuterie. 

Raison

Le gérant du magasin, Kevin De Buyst, nous a expliqué pourquoi il en est venu à prendre de telles dispositions: “Nous nous attendions à des perturbations dans les commerces. Ce matin, nous avons estimé que l’afflux dans nos rayons était beaucoup trop important. Par rapport à une matinée normale, 200 à 250% de volumes sont sortis en plus. Or, nous souhaitons conserver un certain équilibre. Le but est de fournir nos articles normalement à nos fidèles clients. Or, ici, des personnes ont quitté leur lieu de travail en trombe pour venir s’approvisionner.”

Le plus gros des ventes concernait l’eau, la farine, les pâtes, les conserves de légumes, la volaille, les fruits et légumes ainsi que les papiers toilettes et les essuie-tout.

Ces produits de première nécessité auraient pu être épuisés rapidement: “Les personnes normales et surtout les seniors auraient été pénalisés si nous n’avions pas agi. Globalement, notre action a été bien perçue par plus de 80% de la clientèle. Il n’y a pas eu de grabuge. Mais c’est aussi parce que nous avons communiqué en masse. Nous avons placardé 500 affiches dans tout le magasin pour expliquer notre démarche.”

Autres actions

Kevin De Buyst ne s’est pas contenté de cela: “Nous avons décidé de retirer de la marchandise des rayons pour les remplir à intervalles réguliers dans le courant de l’après-midi afin que personne ne manque de rien.”

Toutes ces mesures, il les a prises seul: “Je suis indépendant. J’ai pris ces décisions de mon propre chef même si je suis évidemment les directives de Delhaize. Le sort des seniors me préoccupe particulièrement en cette période. C’est ce qui m’a poussé à passer à l’action.”

AD Delhaize à Gosselies
Plein écran
AD Delhaize à Gosselies © Google

La maison mère Delhaize propose également des livraisons à domicile via son site web: “Par contre, nous n’avons pas les moyens logistiques suffisants pour répondre à la demande à Gosselies. Mais je réfléchis à mettre en place une nouvelle méthodologie. J’aimerais aider les personnes qui ne savent pas se déplacer à disposer de ce dont ils ont besoin. Cela pourrait concerner une vente limitée de cinq à dix produits. Nous ferons le point après ce week-end. Actuellement, les gens ne sont pas sereins. Mais je m’attends à ce que les choses se calment lundi ou mardi.”

Le supermarché rappelle qu’il fournit normalement, qu’il est ouvert tous les jours et qu’il est approvisionné de manière normale. Les stocks sont assurés pour les deux ou trois mois à venir “même s’il peut y avoir des perturbations” concède le gérant du Delhaize à Gosselies. Car il pourrait y avoir des variations conséquentes du volume d’achat par rapport à d’habitude.

  1. “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    Il faudra en premier lieu rouvrir les écoles, graduellement cesser le télétravail, et puis après rouvrir les cafés et restaurants, estime la ministre de l’Economie Nathalie Muylle (CD&V) en évoquant un retour à la normale après la pandémie de Covid-19. “C’est pourquoi nous devons soutenir au maximum le secteur horeca: nous oeuvrons avec chaque secteur à des mesures spécifiques pour rendre la relance possible”, assure-t-elle lundi dans Het Laatste Nieuws.