Plein écran
L'ambassade du Brésil à Bruxelles, ce 5 septembre. © Facebook Bryan Rouabah

L'ambassade du Brésil à Bruxelles vandalisée

Le bâtiment de l'ambassade du Brésil à Bruxelles a été la cible de jets de peinture et de tags dans la nuit de mercredi à jeudi, selon la police de la zone de Bruxelles-Capitale/Ixelles. Une enquête est ouverte afin d'identifier les auteurs.

Une inscription "Bolsonaro=ecocide" a été taguée sur la façade de l'ambassade brésilienne à Bruxelles, située avenue Louise. Des empreintes de mains à la peinture rouge, comme ensanglantées, sont également imprimées sur la façade.

L'acte de vandalisme, dont les auteurs sont encore inconnus, est clairement en lien avec les graves incendies qui ravagent la forêt amazonienne au Brésil. Le président brésilien, Jair Bolsonaro, est accusé d'être en partie responsable de la destruction de cet écosystème, de par la politique qu'il mène. Le président favorise l'industrialisation de son pays au mépris de la protection de l'environnement, selon certains.

La police de la zone Bruxelles-Capitale/Ixelles a dressé un rapport sur l'incident survenu à l'ambassade du Brésil et une enquête est en cours. "Il n'y a pas de matériel visuel disponible, car il n'y a pas de caméras aux alentours. Pour l'instant, il n'y a donc encore aucune piste spécifique", a déclaré la police. 

  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.