L’ancien patron de “Chez Lequet” dénonce les propos tenus par Marc De Bruyn

Après la vive polémique créée, malgré lui, par le patron de “Chez Lequet”, à Liège, l’ancien restaurateur et actuel propriétaire du bâtiment, Guillaume Stockis, a réagi. Il dénonce fermement les événements et les propos tenus par Marc De Bruyn, dimanche dernier.

Plein écran
© Google Maps

Ce dimanche, la soirée a dérapé dans l’établissement “Chez Lequet”, situé sur le quai de la Batte. Une institution pour les Liégeois dont la réputation a été salie à cause d’une supposée blague qui n’a pas été du goût de tous les clients présents ce soir-là.

Les chants nazis entonnés par un Marc De Bruyn quelque peu éméché n’ont pas plu, non plus, à l’ancien patron du restaurant, et actuel propriétaire du bâtiment. Guillaume Stockis a pris la parole sur la page Facebook du Café Lequet et condamne fermement les propos tenus par le nouveau gérant des lieux : “C’est avec stupeur que nous avons appris les événements qui se sont déroulés dans notre ancien établissement, ce dimanche. Nous condamnons fermement et sans équivoque les propos et actes qui ont été rapportés dans la presse et les médias sociaux. Nous sommes extrêmement attristés par l’image déplorable qui est dorénavant associée au Café Lequet. Un lieu que nous avons voulu accueillant pour toutes et tous.”

Suite à cette polémique, Guillaume Stockis, qui a marqué les esprits durant de nombreuses années, a décidé de retirer le nom de sa famille de l’enseigne qui trônait jusqu’alors au-dessus des portes du restaurant.

Une information judiciaire a par ailleurs été ouverte par le procureur du roi de Liège, Philippe Dulieu, sur la base de la loi du 30 juillet 1981 contre la diffusion d’idées racistes et xénophobes et l’incitation à la haine ou à la violence. Marc De Bruyn encourt une condamnation d’un mois à un an d’emprisonnement, ainsi qu’une amende.

Retrouvez ici toute l’actualité de la région liégeoise.