L’appel d’une aide-ménagère liégeoise au gouvernement: “Octroyez ces exonérations qui nous permettront d’appréhender sereinement notre confinement”

Le confinement fait du mal à beaucoup de secteurs économiques en Belgique. Parmi ceux-ci, celui des titres services. La plupart des employés sont, en effet, contraints de ne plus travailler à cause du confinement. Si l’annonce de Christie Morreale concernant des subventions a donné de l’espoir à Marie Virginie, celle-ci a très vite déchanté.

Illustration.
Plein écran
Illustration. © Getty Images

“Depuis le début de la crise du Covid-19, nous vivons un enfer. Lors de la propagation du virus et des premiers appels à prendre des précautions, nous avons commencé à avoir peur pour notre santé, celle de nos proches et celle de nos clients”, explique Marie Virginie Brimbois, déléguée syndicale au sein du groupe Domestic Services.

“Chaque jour, nous nous rendons chez des particuliers pour nettoyer leurs maisons. Dans ces maisons, il y a parfois des personnes âgées, parfois des enfants. Depuis les premières mesures de confinement, c’est en présence de familles complètes, que nous effectuons nos tâches”, expose encore la déléguée syndicale.

Avec de telles conditions, les employés ne comprennent pas que le secteur n’ait pas été appelé à s’arrêter. Surtout que, selon Marie Virginie, nombre d’utilisateurs des titres services se sont désistés dès les premiers jours du confinement. “Les aides-ménagères ont mis la pression et la plupart de nos entreprises ont fermé leurs portes. Mais nous avons alors commencé à avoir peur d’autre chose : nos moyens de subsistance à partir du mois d’avril. Parce que notre salaire ne dépasse pas 12 € de l’heure et que nous sommes, pour la plupart, à temps partiel”, explique-t-elle.

Marie Virginie Brimbois demande au gouvernement fédéral de faire un geste pour aider le secteur des titres services.
Plein écran
Marie Virginie Brimbois demande au gouvernement fédéral de faire un geste pour aider le secteur des titres services. © D.R.

Une joie de courte durée

Il y a quelques jours, la ministre wallonne de l’emploi, Christie Morreale, a annoncé que la région maintiendrait ses subventions au secteur pour garantir les salaires des aides-ménagères. Un soulagement pour le secteur, mais qui a été de courte durée. Les employeurs ont, en effet, rapidement fait comprendre qu’avec une subvention de 14,86 € de l’heure, ils n’allaient pas pouvoir payer les salaires des employés que s’ils obtenaient une exonération des cotisations sociales.

C’est pourquoi, ce jeudi, Marie Virginie Brimbois lance un appel au gouvernement fédéral : “Mesdames et messieurs du gouvernement fédéral, mesdames et messieurs les présidents de parti qui soutenez ce gouvernement, octroyez, dès aujourd’hui, ces exonérations de cotisations sociales qui nous permettront d’appréhender sereinement notre confinement, sans la crainte de ne pas être en mesure de nourrir nos enfants.”

Retrouvez ici toute l’actualité de la région de Liège.

  1. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.