Plein écran
Photo d’illustration © Photo News

L'armée se cherche un manager de crise

L'armée belge est à la recherche d'un gestionnaire de crise, révèle mercredi De Morgen. Un profil qui devra veiller à ce que les militaires restent en ordre de bataille, malgré la diminution des effectifs et les problèmes financiers.

La Défense est au bord du gouffre. Selon ses dirigeants, 2,4 milliards d'euros seraient nécessaires sur la prochaine législature pour que l'armée reste combative. Elle perdra en effet quelque 40% de son personnel au cours des prochaines années en raison des départs à la retraite. 12.000 nouvelles recrues doivent être embauchées d'ici 2025, une lourde tâche.

C'est pour ces raisons qu'un manager de crise est recherché, un général qui se consacrerait à temps plein à la crise que traverse l'armée belge. Le nom du général Marc Thys est évoqué. Il dirige actuellement la composante Terre et est connu pour son approche moderne. Son mandat expire en juillet 2020. Il n'a pas souhaité donner de commentaire.

  1. De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus
    procès pédopornographie

    De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus

    Une deuxième journée est prévue au procès pour pédopornographie, devant le tribunal correctionnel de Termonde. La prochaine audience aura lieu le 11 février à 14h00. Le jugement est attendu au plus tôt le 10 mars. Le tribunal a requis la présence de l’un des prévenus, Dimitry D., à la prochaine audience. Celui-ci était effectivement absent vendredi, ce qui n’a pas plu à la juge. Le parquet a requis entre 10 et 15 ans de prison à l’encontre des cinq prévenus.
  1. Des gants de boxe pour un centre d’asile: un nouveau tweet de Francken sème la zizanie

    Des gants de boxe pour un centre d’asile: un nouveau tweet de Francken sème la zizanie

    Le parlementaire nationaliste et ex-secrétaire d'État à l’Asile et la Migration Theo Francken provoque toujours des remous chez Fedasil, un an après avoir remis ses fonctions à Maggie De Block. En cause: une annonce, lancée par un employé de Fedasil qui se disait à la recherche de gants de boxe pour le centre de Poelkapelle, et que Theo Francken a relayée pour créer la polémique mais sans prendre la peine de masquer les coordonnées de l’intéressé. Depuis, le travailleur reçoit des menaces par téléphone. “C’est ce qui arrive quand on publie sans réfléchir sur les réseaux sociaux”, soupire Mieke Candaele, directrice de la communication de Fedasil.