Plein écran
Lei Beaumont durant son procès devant la cour d’assises. © Mine Daelemans

L’assassin présumé se suicide durant les assises, le procès tombe à l’eau

Le procès de Lei Beaumont, qui se déroulait depuis la semaine dernière devant la cour d'assises de Tongres, a été brusquement interrompu mercredi par la mort de l'accusé, qui s'est suicidé dans sa cellule de la prison de Hasselt. Sa mort entraîne de facto la fin des procédures pénales à son encontre. 

"Un médecin urgentiste de l'hôpital Jessa a prononcé mercredi, à 5h33, la mort de l'accusé à la prison de Hasselt", a déclaré le procureur général Patrick Boyen dans la salle d'audience. Le laboratoire judiciaire et un médecin légiste se sont rendus sur place afin de faire la lumière sur les circonstances précises de sa mort. 

"L'enquête sur la cause et la nature de la mort de Lei Beaumont est toujours en cours. Pour des raisons privées, je ne ferai pas d'autres déclarations à ce sujet", a indiqué Patrick Boyen, qui a d'emblée demandé à la cour de déclarer l'extinction de l'action publique. 

Peu après 11h00 mercredi, la présidente de la cour, Camille Liesens, a lu l'arrêt mettant fin aux poursuites pénales à l'encontre de l'accusé. La procédure pénale de ce procès est donc terminée. La procédure civile, quant à elle, débutera le 17 janvier 2020. 

Ex-épouse

Lei Beaumont, 71 ans, était jugé pour la seconde fois devant une cour d'assises. Il avait fait opposition d'un jugement par défaut qui le condamnait à la perpétuité pour l'assassinat de son ex-épouse, une ancienne enseignante de maternelle retrouvée morte, le 13 décembre 2009, dans sa voiture stationnée dans le box de garages situé derrière sa maison à Vucht (Limbourg). La victime portait les traces de cinq impacts de balle de 22 long rifle, à la tête et au tronc.

Les deux filles de la victime avaient immédiatement soupçonné leur père. Celui-ci avait pris la fuite avant d'être arrêté le 29 mai en Espagne par la Fugitive Active Search Team (FAST) de la police fédérale, soit trois semaines après l'arrêt de la cour d'assises le condamnant. Il était incarcéré à la prison de Hasselt depuis la mi-juin. 

  1. Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatriement

    Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatrie­ment

    Deux demandeurs d'asile déboutés et rapatriés de force affirment avoir été brutalisés par la police fédérale lors d'une tentative de rapatriement. Ils parlent de coups sur tout le corps, disent avoir eu la bouche et le nez pincés et les cheveux tirés, selon la RTBF. Les deux migrants auraient déposé plainte auprès du parquet de Hal-Vilvorde et au moins l'un d'entre-eux se serait constitué partie civile. Le parquet dit n'avoir connaissance que d'une plainte. "L'enquête suit son cours", assure-t-il.