L'idée de prolonger l'année scolaire durant les vacances d'été pour rattraper les semaines de cours perdues a été émise la semaine dernière par l'économiste belge Geert Noels, jugeant que pareille mesure serait à la fois bénéfique aux enfants et à l'économie en général.
Plein écran
L'idée de prolonger l'année scolaire durant les vacances d'été pour rattraper les semaines de cours perdues a été émise la semaine dernière par l'économiste belge Geert Noels, jugeant que pareille mesure serait à la fois bénéfique aux enfants et à l'économie en général. © iStock

L'école pendant l’été? Pas question pour les syndicats

Les syndicats des enseignants ont exprimé jeudi en front commun leur "refus catégorique" de toute prolongation des cours durant les vacances d'été pour compenser la suspension actuelle des classes pour cause de pandémie de Covid-19.

Réagissant aux propos mercredi du ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet (MR) selon qui "aucune piste ne pouvait être exclue" quant à l'organisation de la fin de l'année scolaire, les syndicats exigent que toute mesure soit soumise à la négociation sociale.

L'idée de prolonger l'année scolaire durant les vacances d'été pour rattraper les semaines de cours perdues a été émise la semaine dernière par l'économiste belge Geert Noels, jugeant que pareille mesure serait à la fois bénéfique aux enfants et à l'économie en général.

“Besoin de repos”

"Le personnel de l'enseignement a, comme chacun d'entre nous, particulièrement besoin de repos après une telle période suscitant l'angoisse et le stress. Nous exigeons de remettre l'humain au premier plan dans l'esprit des missions de l'enseignement", martèlent les syndicats dans un communiqué commun.

"Nous tenons à rappeler que l'école ne sert pas qu'à assurer une garderie, son objectif étant de garantir l'accès à un enseignement de qualité à chacun. (...) Le scénario dont il est question ici dénaturerait la notion de services public. Si l'économie de marché s'obstine à rechercher la rentabilité, les services publics permettent à chacun d'avoir accès à des services essentiels à leur bien-être. Nous nous élevons contre l'instrumentalisation des services publics à des fins productivistes! ", concluent-ils. 

  1. “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    Il faudra en premier lieu rouvrir les écoles, graduellement cesser le télétravail, et puis après rouvrir les cafés et restaurants, estime la ministre de l’Economie Nathalie Muylle (CD&V) en évoquant un retour à la normale après la pandémie de Covid-19. “C’est pourquoi nous devons soutenir au maximum le secteur horeca: nous oeuvrons avec chaque secteur à des mesures spécifiques pour rendre la relance possible”, assure-t-elle lundi dans Het Laatste Nieuws.