Plein écran

L'église du Béguinage occupée pour une régularisation généralisée

Plein écran

Des sans-papiers occupent depuis ce lundi matin l'église Saint Jean-Baptiste à la place du Béguinage à Bruxelles et réclament une régularisation de tous les sans-papiers selon des critères clairs, a fait savoir leur porte-parole, Abdeslam El-Yacoubi, lors d'un point presse qui s'est tenu dans l'église.

"Il n'est pas question de négocier avec le ministre de l'Intérieur ou le directeur de l'Office des étrangers, ou plutôt l'Office de la honte, qui disposent d'un pouvoir discrétionnaire. Nous voulons une régularisation selon des critères clairs", a-t-il dit.

Dans un courrier adressé au bourgmestre de Bruxelles, le curé de la paroisse a précisé que les sans-papiers se sont engagés à ne pas organiser de grève de la faim. Mais les occupants de l'église se montrent moins catégoriques. S'il n'est pas question de grève de la faim à ce stade de l'occupation, ce type d'action n'est pas totalement exclu. Cela dépendra de l'évolution de la situation, prévient-on.

Le choix des actions que mèneront les occupants devrait être décidé ce lundi soir au cours d'une assemblée générale à laquelle sont invités les syndicats et les associations "qui souhaitent apporter leur soutien". L'église du Béguinage ne pourrait accueillir que 100 occupants au maximum. Cette occupation est envisagée depuis septembre dernier.

Le choix de l'église du Béguinage est avant tout symbolique, a rappelé Abdeslam El-Yacoubi. Une longue occupation de sans-papiers dans cette église avait en effet débouché en 2000 sur une régularisation collective.

Les sans-papiers gardent donc espoir même s'ils ne cachent pas leur lassitude. "Après une soixantaine d'occupations et un dizaine de grèves de la faim, les politiques belges restent dans leur position et n'ont pas le courage de parler de régularisation. Quand on voit les milliers de travailleurs clandestins et les centaines de sans-papiers dans les centres fermés, on se dit qu'il faut revoir la politique de l'immigration. Mais nous réclamons d'urgence une régularisation. Nous souhaitons des garanties et non plus des promesses", a déclaré le porte-parole des occupants.

Le curé de l'église, Jean-Mathieu Lochten, a répété qu'il soutenait les revendications des sans-papiers dont leur demande de régularisation selon le critère notamment de l'attache durable.

Au sujet de l'occupation, il a indiqué que des gros frais avaient été engagés récemment pour la restauration de l'église et que la population serait choquée de voir l'église en désordre. "Nous ne laisserons pas cette fois le mouvement à ses dérives. Nous prétendons y être présents", a-t-il précisé dans son courrier envoyé au bourgmestre.

Cette lettre est une réponse à un courrier envoyé fin de la semaine dernière au doyen des paroisses de Bruxelles-Centre par le président du CPAS de Bruxelles-Ville et le bourgmestre et dans lequel ils se disent surpris et interpellés d'apprendre qu'une occupation programmée se fera avec l'accord préalable de la paroisse. Pour les autorités de Bruxelles-Ville, les occupations deviennent ingérables sur leur territoire.

Le curé Jean-Mathieu Lochten a répondu au bourgmestre qu'il cédait à la pression de gens dont le quotidien a des allures de cauchemar. "Nous participons depuis plusieurs semaines à une manifestation silencieuse, ces cercles du silence. Mais il n'y a guère d'écho à ce jour. Les sans-papiers sont plus impatients. Ce qu'ils demandent au gouvernement c'est, sur base de critères clairs, la reconnaissance d'un droit prévu dans la déclaration universelle des droits de l'homme", explique le curé dans sa lettre. (belga)

  1. Deux frères se crashent en Porsche: “Il aimait rouler vite mais connaissait sa voiture par cœur”

    Deux frères se crashent en Porsche: “Il aimait rouler vite mais connais­sait sa voiture par cœur”

    Alors que la commune de Wijnegem (province d’Anvers) vient d’obtenir la promesse de voir installer un dispositif de contrôle de trajet sur la “route de la mort”, deux frères y ont été victimes d'un crash d’une extrême violence ce vendredi. La Porsche 911 turbo de Pedro, 44 ans, et Gaby, 39 ans, a été littéralement sectionnée lors de l’impact contre un arbre. L’aîné lutte pour sa vie sur son lit d’hôpital tandis que le cadet a été tué sur le coup. Ensemble, ils avaient une affaire de voiture de luxe d’occasion. “Oui, ils aimaient les voitures puissantes, mais ils les connaissaient de A à Z”.
  2. Drame à Grammont: Nick aurait poignardé son grand-père qui refusait de lui donner de l’argent
    Mise à jour

    Drame à Grammont: Nick aurait poignardé son grand-pè­re qui refusait de lui donner de l’argent

    Mercredi, un homme de 81 ans a perdu la vie à Grammont, poignardé par son petit-fils. Le soir-même, les voisins ont aperçu le suspect, Nick, 23 ans, acheter une glace au marchand de glace ambulant. Quelques minutes plus tard, il s’est rendu chez son grand-père avant de le poignarder à mort avec une paire de ciseaux. Il s’est ensuite retourné contre sa grand-mère, qui tentait d’intervenir. On soupçonne aujourd’hui le jeune homme d’avoir sonné à la porte de ses grands-parents pour réclamer de l’argent pour s’acheter de la drogue. Il a été placé sous mandat d’arrêt et inculpé d’assassinat et de tentative de meurtre sur sa grand-mère, a indiqué vendredi le parquet de Flandre orientale.