Plein écran
© BELGA

L’éloge du pain de Paul Magnette

Le bourgmestre de Charleroi et probable futur président du PS dévoile sa passion intime. Son livre “Le Chant du pain” paraîtra le 24 septembre prochain. 

Paul Magnette partage sa passion pour l’activité depuis quelques années déjà. En effet, quand sa tâche de bourgmestre de Charleroi et ses activités politiques lui laissent un peu de répit, c’est à cette tradition artisanale qu’il consacre une grande partie de son temps. 

Dans son “petit traité de l’art boulanger”, l’élu socialiste livre ses petites recettes sublimées par l’oeil avisé du photographe Jean-Pierre Gabriel. Il a d’ailleurs partagé un aperçu de cette collaboration sur son compte Instagram. 

Un savoir-faire qu’il a découvert sur le tard et presque par hasard, confiait-il à SudPresse: “Ça m’est venu un dimanche. Il fallait du pain, nous n’en avions plus et toutes les boulangeries étaient fermées. Il a fallu se débrouiller”. Il a depuis lors arrêté d’en acheter... 

  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.
  2. L'expérience sociale sur le coronavirus victime de détournements

    L'expérien­ce sociale sur le coronavi­rus victime de détourne­ments

    La vidéo de l’initiative citoyenne “Would You React?” consacrée au racisme anti-asiatique en lien avec le coronavirus Covid-19 et tournée dans le métro bruxellois fait l’objet de détournements sur les réseaux sociaux, alerte dimanche son auteur, Jonathan Lambinet. Suite aux milliers de vues d’une publication trompeuse, l’Agence France-Presse (AFP) y a même consacré vendredi un article de fact-checking, recadrant la caméra cachée qui met en scène des actrices à la base des -fausses- agressions.