L'émouvant témoignage de Walter, amputé d'une jambe suite aux attentats

VideoLes journalistes de RTL ont rencontré Walter, qui se trouvait à l'aéroport de Zaventem le jour des attentats de Bruxelles. Malgré ses blessures, il appelle au calme et à la tolérance.

Le mardi 22 mars, Walter devait s'envoler pour Israël, pour rendre visite à sa fille. Il se trouvait dans la rangée 4 au moment de la première explosion qui a eu lieu à Zaventem. "J'ai cru que c'était un pétard. Puis j'ai vu des gens courir, crier. Le temps était trop juste pour réaliser ce que c'était. Quelques instants plus tard, il y a eu une deuxième déflagration qui a été très forte et là j'ai été projeté en arrière sur le sol".

Grièvement blessé aux jambes, Walter perd énormément de sang. "Ma vie, je la dois à un militaire de l'armée belge que je voudrais remercier. Il est venu vers moi, m'a pris dans ses bras et m'a serré très fort. Il m'a dit 'parle-moi, reste avec moi, regarde-moi dans les yeux, ne t'endors pas'". L'homme l'a maintenu éveillé et lui a fait un garrot. Aujourd'hui, Walter a été amputé de la jambe droite et ne sait pas encore si son autre jambe est sauvée.

Malgré cette terrible épreuve, il appelle à la tolérance: "J'espère que les gens seront assez intelligents pour comprendre que 99,99% de la population musulmane est extraordinaire et qu'il ne faut pas mélanger. Ce ne sont pas 20 ou 30 personnes qui représentent l'entière communauté".

  1. Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatriement

    Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatrie­ment

    Deux demandeurs d'asile déboutés et rapatriés de force affirment avoir été brutalisés par la police fédérale lors d'une tentative de rapatriement. Ils parlent de coups sur tout le corps, disent avoir eu la bouche et le nez pincés et les cheveux tirés, selon la RTBF. Les deux migrants auraient déposé plainte auprès du parquet de Hal-Vilvorde et au moins l'un d'entre-eux se serait constitué partie civile. Le parquet dit n'avoir connaissance que d'une plainte. "L'enquête suit son cours", assure-t-il.