Plein écran
Belga, HLN © Belga, HLN

L’épouse de Kris Van Dijck prend sa défense: “Il n’a tué personne!”

Mise à jour“Et alors? Il n’a tué personne!”, dénonce Leentje Verhalle. “Quand on se marie, c'est pour le meilleur et pour le pire.” Het Laatste Nieuws a de son côté enquêté sur le parcours d’Escort Lynn et de ses déboires avec les escrocs qui l'ont espionnée en compagnie de certains clients, dont Kris Van Dijck.

L’épouse du président (démissionnaire) du Parlement flamand continue à soutenir son mari, confronté à une tempête médiatique depuis les révélations de son accident en état d’ivresseles irrégularités constatées lors de la procédure et sa relation avec une call-girl connue dans le nord du pays. 

“Les visites à Lynn Escort, je savais”, confie-t-elle à HLN. “Kris est un homme honnête. Il m’a tout dit au début de notre relation”, ajoute-t-elle. Elle s’indigne de ce déballage public: “Kris a jadis payé pour de l’amour. Il n’a tué personne (...) On a chacun son passé. Il allait voir cette femme parce que ça n’allait plus dans son ancien couple (...) Nous savons tout l’un de l’autre”, conclut-elle. 

Plein écran
Leentje Verhalle © VTM Nieuws

Kris Van Dijck a été contraint de démissionner, le jour de la fête flamande. En parallèle, la nature de la relation du nationaliste avec “Escort Lynn” a été dévoilée par P-Magazine. Le périodique flamand l’accuse notamment, mails à l’appui, d’avoir fait jouer ses relations politiques pour tirer sa maîtresse d’un mauvais pas. Il aurait en effet, pour lui permettre de bénéficier des avantages liés au statut d’entreprise en faillite, fait intervenir Kris Peeters, alors ministre CD&V de l’Emploi. Cela aurait valu à la prostituée d’empocher finalement un peu plus de 5.000 euros d’indemnités de licenciement et du chômage. Une faillite frauduleuse, avance le magazine alors que Kris Peeters s’est de son côté défendu de toute manoeuvre dolosive.

De 300 à 350 euros de l’heure

Mais qui est la fameuse Escort Lynn qui a fait prendre tous les risques à Kris Van Dijck? Het Laatste Nieuws enquête depuis longtemps sur son parcours et son emprise sur le(s) politicien(s). Cette call-girl est une mère célibataire résidant à Duffel, en province d’Anvers. Sur des photos plus qu’explicites sur internet, elle pose topless et alanguie sur un lit, entre autres. Sur son profil professionnel, elle se décrivait comme joyeuse, sexy, blagueuse, élégante, sportive et “GFE”, soit Girlfriend Experience. Cela signifie que la prostituée joue “la petite amie” avec les clients qui aiment nouer un lien plus sexuel. Tout cela a un prix: 300 euros pour une heure en privé, 350 euros pour une heure en public en tant qu’escort. Selon certaines sources, Kris Van Dijck et la jeune femme étaient tellement intimes qu’il connaissait son vrai nom et ne devait pas utiliser son nom de “scène”.

Des images dans la boîte aux lettres de la crèche de son bébé

La prostituée s’est montrée sous un tout autre jour au tribunal malinois en juin dernier lors du procès où elle avait le statut de victime. Cachée dans son manteau, elle attendait le verdict du tribunal correctionnel pour une affaire d’espionnage et de tentative d’extorsion. En 2015 en effet, elle avait porté plainte car elle se disait harcelée par un couple qui lui envoyait constamment des SMS vulgaires. Un flux intenable de messages, avait déclaré la jeune femme. Pour la soudoyer, le couple avait même menacé de divulguer des photos d’elle nue en position gênante à ses connaissances, voisins, famille et amis. Une menace qui avait ultérieurement mise à exécution. Des images de la prostituée en pleine action avaient même été imprimées et déposées dans la boîte aux lettres de la crèche de son fils. 

Espionnée et fimée durant deux ans

Le harcèlement n’avait fait qu’empirer: à l’été 2015, elle avait elle-même reçu, en guise de chantage, une clé USB contenant des vidéos d’elle avec des clients lors de leurs rendez-vous intimes. Sur base de ces images, elle avait réalisé qu’elle avait été filmée à son insu durant deux ans dans son propre studio. Elle accusait Erwin P., un homme de 61 ans qui avait rénové l’appartement, d’avoir installé des caméras en cachette pour l’observer. En parallèle, ses clients étaient eux aussi harcelés. Sur leurs téléphones portables, ils avaient reçu des photos d’eux en mauvaise posture avec la prostituée. Parmi ces clients, au moins deux politiciens connus. Un bourgmestre dont Het Laatste Nieuws refuse de révéler l’identité (s’offrir les services d'une prostituée n’est pas un délit et relève de la vie privée) et, on le sait désormais, le parlementaire flamand nationaliste Kris Van Dijck. 

Poèmes pour Suske

Ce dernier avait d’abord reconnu auprès de nos collègues avoir uniquement “aidé la personne dans le cadre de son mandat politique”. Il avait ensuite reconnu avoir payé ses services alors qu’il rencontrait des problèmes conjugaux dans son précédent mariage. Il démentait faire l’objet d'une tentative d’extorsion. Selon l’entourage du politicien, il avait avec “Escort Lynn” une relation de confiance. Il lui révélait tous les détails de sa vie et elle était l’oreille nécessaire pour tous ses tracas quotidiens. Celle qu’il appelait “Suske” dans ses nombreux mails et messages, dont des poèmes, était plus qu’une prostituée pour lui, c’était une maîtresse. Il lui confiait des éléments de sa vie en politique, de la jalousie de sa femme pour Annick De Ridder, une politicienne blonde comme il les aimait. Il consultait régulièrement les plages horaires libres de l’escort et se les réservait souvent. 

Discrétion

Plein écran
Kris Van Dijck © BELGA

Au procès pourtant, alors qu’il a vraisemblablement fait partie des victimes des tentatives d’extorsion et espionnage, il ne s’est pas porté partie civile. Il souhaitait éviter toute publicité sur l’affaire, de crainte de mettre sa carrière politique en péril. Finalement, le tribunal correctionnel de Malines a accordé le huis-clos pour l’affaire et le harceleur a été condamné à 18 mois de prison avec sursis, tandis que son épouse a elle eu dix mois avec sursis également. Le jugement clément a été assorti d'une condition stricte: le couple a l’interdiction d’entrer en contact avec Escort Lynn à l’avenir. L’avocat de la prostituée, Jef Vermassen, se refuse à tout commentaire. Le site internet de la jeune femme est soudain introuvable.

Plein écran
Kris Van Dijck et Filip Dewinter (Vlaams Belang), son remplaçant à la tête du Parlement flamand. © BELGA
Plein écran
© BELGA