Plein écran
Emily Hoyos © photo_news

"L'Etat belge doit passer à l'action contre la fraude fiscale"

Ecolo a réclamé jeudi du gouvernement qu'il donne l'exemple et "passe à l'action" contre la fraude fiscale après les révélations du Consortium de journalistes d'investigation américains ICIJ, qui a dévoilé les noms de personnalités apparemment liées à des sociétés offshore dans des paradis fiscaux.

"A l'heure où les Belges se serrent la ceinture à cause des politiques d'austérité, ces nouvelles révélations doivent pousser le gouvernement fédéral à aller chercher l'argent là où il est à savoir dans les revenus des capitaux et non dans la poche des citoyens", ont affirmé la coprésidente des Verts francophones Emily Hoyos, et les députés fédéraux Muriel Gerkens et Georges Gilkinet dans un communiqué.

Selon eux, l'ampleur des révélations "illustre à nouveau la faiblesse des Etats, dont la Belgique, et de l'Europe en matière de lutte contre la fraude fiscale".

Ecolo demande ainsi que les moyens logistiques et humains du SPF Finances, "premier organisme public chargé de la lutte contre la fraude", soient renforcés pour lui permettre d'accomplir effectivement ses missions. "Plusieurs centaines de millions d'euros supplémentaires pourraient être dégagés pour équilibrer le budget fédéral de manière plus juste grâce à cela", estiment les Verts.

Les écologistes demanderont également à nouveau la mise à l'ordre du jour de leurs propositions visant à lutter plus efficacement contre la fraude fiscale, comme la concrétisation du registre des comptes bancaires prévu dans la loi levant le secret bancaire adoptée il y a plus d'un an. Ce registre doit, selon eux, être complété par un cadastre des contrats d'assurance-vie, développés dans des pays voisins comme le Luxembourg pour permettre à leurs titulaires d'échapper aux dispositions relatives à l'échange d'informations entre Etats. Ils suggèrent aussi de supprimer la transaction pénale qui permet aux fraudeurs de monnayer leur impunité.