Plein écran
Tanja Dexters lors de son élection en 1998. © Photo News

L’ex-Miss Belgique suspectée dans une affaire de drogue évoque son arrestation: “Comme dans les films”

Mise à jourTanja Dexters (42 ans) et son compagnon ont été interpellés mardi puis interrogés dans le cadre d’une enquête portant sur un trafic de drogue. Ce n’est pas la première fois que le nom de l’ancienne Miss Belgique, couronnée en 1998, apparaît dans la rubrique faits divers. Elle avait notamment créé la polémique en 2016 après avoir profané une tombe à Lebbeke. En mars dernier, c’est un accident de la route avec délit de fuite qui avait fait parler d’elle. 

“Non, elle  ne se drogue pas.” La famille de Tanja Dexters n'a pas tardé à réagir à son interpellation menée dans le cadre d’une affaire de drogue. Interrogée, à l’instar de son compagnon, l’ancienne reine de beauté a ensuite été relâchée.

“Je lui fais confiance à 100%”, assure sa soeur dans Het Laatste Nieuws. “J’ai l’impression que c’est peut-être un acte de jalousie. Le fait qu’elle soit connue déclenche parfois ce type de réaction.” Un avis partagé par la principale intéressée qui a fait part de sa colère sur Instagram. 

“Ce sont des ragots de jaloux. Le monde est devenu fou. Laissez les gens heureux tranquilles. Trouvez votre propre bonheur au lieu de détruire celui des autres. Un monde pathétique. Heureusement, les enfants n'étaient pas à la maison (...) Quel cinéma. Tout ça pour rien. Merci beaucoup.”

“En cellule pendant six heures”

Le couple a aussi livré à nos confrères de  Gazet van Antwerpen le récit de l’arrestation mouvementée. “Ils ont brisé une fenêtre de la porte arrière et ont fait irruption dans notre chambre. Quand je leur ai demandé pourquoi ils n'avaient pas sonné au lieu d’agir de la sorte, ils m’ont répondu que j’aurais pu partir.” Elle dénonce une démonstration de force. “C'était comme dans les films. Nous avions les yeux bandés et étions menottés. Les policiers étaient armés et portaient des cagoules.”

Une longue attente précède l’interrogatoire. “Je suis restée dans une cellule pendant six heures. Une de plus pour Michael. Nos téléphones portables ont été confisqués. Mais les enquêteurs se sont montrés très corrects”, assure-t-elle.

Le compagnon de Tanja peine à cacher son incompréhension. “La police a confirmé baser son enquête sur des on-dit provenant de Herentals. Les enquêteurs prétendent qu’on a caché de la drogue dans des pneus. (...) Je ne fais pas de trafic, j’emploie 85 personnes et cela nuit à la réputation de mon garage”

Un nouveau coup dur pour la mère de famille de 42 ans qui enchaîne désillusions et polémiques depuis quelques années (lire plus bas).

Rupture compliquée

La rupture avec son grand amour Miguel, après dix ans de relation, s'érige comme un tournant. Tanja vit mal la séparation et sa famille s’inquiète. Les soirées sont parfois un peu trop arrosées et des photos douteuses sont publiées sur les réseaux sociaux. “Je ne l’ai pas senti venir”, confiait Tanja à l’époque. “Tout allait bien entre nous. Nous avions le bon équilibre entre l’amour, le travail et la famille (...)  Il m’a juste dit qu’il ne le sentait plus (...) Il s’est avéré qu’il y avait une femme plus jeune dans sa vie, depuis longtemps. (...) Il aurait dû le dire honnêtement”. 

Une période délicate marquée également par la fin prématurée de la boîte de mode qu’elle avait créée. S’ensuivent deux autres déceptions amoureuses. 

Plein écran
© Twitter

Tombe profanée

En novembre 2016, elle se retrouve au coeur d’une polémique après la publication d’une vidéo où on l'aperçoit se moquer des noms de défunts au cimetière de Lebbeke. Dans l’extrait, elle ouvre aussi un caveau et lance à sa fille “Valentina, j'ai une place pour toi”. 

Le collège de Lebbeke exige une amende de 250 euros et le bourgmestre partage son indignation. “Il s’agit purement et simplement d’une profanation de tombe (...) Mais le plus dérangeant, c’est qu’elle n’a pas l’air d’éprouver le moindre remords (...) C’est un manque de respect et tout sauf une éducation pour l’enfant.”

Tanja semblait avoir retrouvé la stabilité depuis sa rencontre l’été dernier avec Michaël Peeters, un concessionnaire automobile, précise Het Laatste Nieuws. “Maintenant plus que jamais, j’ai placé ma fille et mon partenaire en tête de mes priorités (...) Je crois toujours en l’amour éternel (...) Je suis prête à me consacrer à cette relation”, confiait-elle en avril  à Story. 

Accident de la route

Elle renonce même à un nouveau projet professionnel et se retire du Flamingo Bar implanté à Anvers. “C'était compliqué à combiner avec la vie de famille.  Valentina et mon petit ami commençaient à en souffrir. Et à la fin, je choisis toujours l’amour.”

En mars dernier, elle est impliquée avec son compagnon dans un accident de la route sur la E313 à hauteur de Herentals. Lancée à grande vitesse, selon des témoins, leur Jaguar finit par percuter un autre véhicule. Le couple attend l’arrivée des premiers secours, mais quitte les lieux avant que la police ne puisse procéder aux observations d’usage. Tanja trouvait la situation trop dangereuse et le risque d’être filmés par des caméras de télévision a visiblement aussi poussé les amoureux à partir précipitamment. 

Une affaire toujours pas jugée à laquelle vient donc s'ajouter l’enquête ouverte pour trafic de drogue. Les trois autres suspects ont aussi été relâchés après avoir été entendus. L’enquête suit son cours.

  1. Les “veuves de l’EI” Tatiana Wielandt et Bouchra Abouallal seraient en Turquie
    Mise à jour

    Les “veuves de l’EI” Tatiana Wielandt et Bouchra Abouallal seraient en Turquie

    Les combattantes belges en Syrie Tatiana Wielandt, 27 ans, et Bouchra Abouallal, 26 ans, ainsi que leurs enfants ne se trouveraient plus en Syrie mais en Turquie, a-t-on appris mercredi au tribunal de première instance néerlandophone de Bruxelles. Leur avocat, Me Walter Damen, avait introduit une action en référé devant ce tribunal exigeant que la Belgique rapatrie ses ressortissants, femmes et enfants, ou tente au moins de le faire, mais cette procédure est maintenant abandonnée.