Plein écran
© VTM

L’homme qui a embrassé une journaliste de VTM de force en direct a été arrêté

Une journaliste de VTM Nieuws, Evelyne Boone, a été embrassée de force par un homme lors de son intervention en direct sur la chaîne flamande. “Dégoûtant”, “scandaleux”: la scène a suscité l’indignation générale sur les réseaux sociaux, encore plus dans le contexte actuel.

VTM Nieuws et la journaliste Evelyne Boone vont porter plainte contre l'homme qui a embrassé sur la joue la journaliste au cours d'un direct samedi soir à Anvers. "C'est non seulement une atteinte à l'intégrité mais aussi un comportement inapproprié en ces temps de coronavirus", a souligné la chaîne privée flamande.

"Il est crucial que les journalistes puissent faire leur métier en toute sécurité. Les informations sur le coronavirus sont primordiales. Nous appelons chacun à laisser les journalistes travailler et à garder une distance de sécurité", a déclaré le rédacteur en chef de VTM Nieuws, Nicholas Latair.

Plainte sera déposée contre l'auteur des faits, a-t-il assuré. 

Dimanche après-midi, la police locale d’Anvers a annoncé que l’individu en question avait été arrêté. Il aurait été arrêté administrativement après l’incident alors qu’il dormait, ivre, sur la Grand-Place. Le dossier est désormais entre les mains du parquet anversois. L’homme a été mis à disposition de l’Office des étrangers. 

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.