L’horeca ne digère pas: “Le secteur va pleurer toute la nuit”

Mise à jour"Drame social", "génocide", "irrespect". Le secteur horeca n'avait pas de mots assez durs vendredi soir pour décrire la décision du comité de concertation de fermer durant un mois tous les cafés et restaurants du pays pour lutter contre la deuxième vague de l'épidémie. Les différentes fédérations disent ne pas comprendre sur quelle base scientifique s'appuie cette décision et rappellent les nombreux efforts accomplis ces derniers mois.

  1. “Fermons les écoles maintenant et donnons cours cet été, marre que les profs soient de la chair à canon”

    “Fermons les écoles maintenant et donnons cours cet été, marre que les profs soient de la chair à canon”

    Pour ce directeur d’école, pas de doute, et plus question de transiger: “Oui, les écoles sont le moteur de l’épidémie. Est-ce qu’on va enfin avoir le droit de le dire? La manière dont on doit travailler n’est pas sûre. Il n'y a qu'une seule solution à prendre, et maintenant. Et qu’on rattrape ces semaines de cours perdues durant l’été”. C’est un cri du cœur, ou plutôt de désespoir, que lance Gwen Moerman, directeur d'une école primaire à Gand. Il est furieux: “On parle constamment de l’intérêt des enfants, mais: et les professeurs alors? On est de la chair à canon, et le gouvernement ne fait rien pour notre sécurité”.
  2. Couvre-feu national, horeca fermé, contacts sociaux réduits, marchés: qu’est-ce qui va changer dans votre quotidien?

    Cou­vre-feu national, horeca fermé, contacts sociaux réduits, marchés: qu’est-ce qui va changer dans votre quotidien?

    Les ministres des gouvernements fédéral et des Communautés et Régions ont décrété, à l’issue d'une longue et houleuse réunion, de nouvelles mesures susceptibles d’endiguer la propagation du coronavirus: dès lundi, couvre-feu et fermeture de l’horeca entreront en vigueur, pour une première période d'un mois. Les contacts rapprochés sont réduits à 1 personne. “Sans la santé, il n'y a pas de liberté”, a résumé le Premier ministre qui a également promis que les indépendants seront soutenus financièrement: “Nous ne vous laisserons pas tomber”.
  1. Une défaillance électrique à l’origine de l’incendie à Bozar

    Une défaillan­ce électrique à l’origine de l’incendie à Bozar

    L’incendie à Bozar semble avoir pour origine une défaillance électrique, a annoncé mercredi le parquet de Bruxelles sur base des premières observations de l’expert incendie descendu sur place au lendemain de l’incendie du 18 janvier. Ce serait plus spécifiquement la surchauffe d’une alimentation, située à l’entrée du local technique, qui a pris feu en premier. Le rapport d’expertise final est encore attendu.
  2. Une première ville wallonne vote une motion contre la répression des Ouïghours en Chine

    Une première ville wallonne vote une motion contre la répression des Ouïghours en Chine

    Les Ouïghours sont des Chinois majoritairement de confession musulmane. Cette communauté turcophone vit depuis des siècles dans la province autonome du Xinjiang dans l’ouest du pays. Depuis quelques années maintenant, le pouvoir central chinois l’oppresse au point d’avoir même constitué des “camps de rééducation” à leur égard. L’organisation de défense des droits “Human Right Watch” qualifie ces camps de “lieux de sanction et de torture.”
  1. Cet iguane prend la pose et fait hurler de rire la Toile
    Play

    Cet iguane prend la pose et fait hurler de rire la Toile

    27 janvier
  2. Une avalanche recouvre des habitants de neige
    Play

    Une avalanche recouvre des habitants de neige

    27 janvier