La ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Glatigny (MR).
Plein écran
La ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Glatigny (MR). © Photo News

L'idée d'imposer la réussite de la 1ère année en deux ans sème le trouble

La volonté de la ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Glatigny (MR) d'imposer aux étudiants de réussir leur première année dans l'enseignement supérieur en deux ans maximum suscite l'étonnement, voire l'agacement, au sein de ses partenaires de majorité socialiste et écologiste.

  1. Stefanie a perdu la vie dans un étrange accident de la route: le parquet demande l’arrestation du petit-ami

    Stefanie a perdu la vie dans un étrange accident de la route: le parquet demande l’arrestation du petit-ami

    Un tragique accident de la route s’est produit sur la Noordhoutstraat à Tronchiennes (Gand) jeudi matin. Stefanie Verstappen, 25 ans, se rendait à son travail aux côtés de son petit ami quand le véhicule a quitté la route pour terminer sa course dans le fossé. Elle n’a pas survécu. Son petit ami a affirmé qu’il n’était pas au volant, mais les premières conclusions de l’enquête le contredisent. Le parquet a demandé qu’il soit placé sous mandat d’arrêt. Le jeune homme doit comparaître devant un juge d’instruction ce vendredi.
  2. La fille du couple qui séquestrait sa stagiaire: “Papa est une gentille personne, mais ma mère est très manipulatrice”

    La fille du couple qui sé­questrait sa stagiaire: “Papa est une gentille personne, mais ma mère est très manipula­tri­ce”

    La condamnation à 15 mois avec sursis de D.D. et A.T., un couple de coiffeurs qui avaient enfermé leur stagiaire dans un grenier, continue d’agiter la commune de Tielt-Winge, en Brabant flamand. Certains sont encore sous le choc des faits qui se sont produits si près de chez eux, d’autres sont incrédules, les derniers sont révoltés contre le couple et estiment que la sanction est beaucoup trop légère. La mère et la fille de D.D., qui viennent d’ouvrir ensemble un salon de coiffure un peu plus loin dans la même rue, ont elles-mêmes du mal à juger de la situation. “Nous n’avons plus de contacts avec eux depuis sept ans, mais lui sera toujours le bienvenu chez nous”, résument-elles.