Le patron de Nethys Stéphane Moreau (à gauche).
Plein écran
Le patron de Nethys Stéphane Moreau (à gauche). © BELGA

L’incertitude est totale chez Nethys

Si le gouvernement wallon a donné un sacré coup de pied dans la fourmilière en cassant les décisions de vente, par Nethys, de 3 de ses filiales (Voo, Elicio et Win), il n'a pas mis fin à l'incertitude. L'agenda des prochaines heures faisait notamment l'objet lundi de toutes les spéculations, faute d'informations claires.

Dimanche, les administrateurs socialistes d'Enodia (ex-Publifin) et de Finanpart avaient demandé que les conseils d'administration de ces deux entités se réunissent en urgence afin de convoquer, sans délai, une assemblée générale de Nethys, dont le CA a collectivement démissionné dans la soirée. Les représentants du MR avaient pour leur part réclamé une réunion du conseil d'administration d'Enodia dès ce lundi. On ignorait lundi en début d'après-midi s'ils ont été entendus. 

"La présidente n'a pas encore convoqué le conseil d'administration. Je suppose donc qu'il sera fixé demain (mardi). Nous attendons", a ainsi commenté Fabian Culot, administrateur MR d'Enodia. 

Interrogée sur la possibilité d'une réunion ce lundi, la présidente d'Enodia, Muriel Targnion (PS), a de son côté indiqué qu'elle ne pouvait pas encore se prononcer.

Le gouvernement wallon renvoie la balle à Enodia

Quant au gouvernement wallon, il estime avoir fait son travail et renvoie la balle à Enodia et à ses administrateurs. "Comme prévu, nous répondrons aux questions des parlementaires demain en commission des Pouvoirs locaux du Parlement de Wallonie", dans les limites imposées par les règles de droit, a-t-on rappelé au cabinet du ministre régional de tutelle, Pierre-Yves Dermagne (PS).

Dimanche midi, après avoir analysé les réponses et les documents transmis par Nethys, le gouvernement régional a annoncé avoir cassé les décisions de vente de trois filiales de l'entreprise (Voo, Elicio et Win), dont deux devaient être privatisées au profit de sociétés créées par François Fornieri, également administrateur de Nethys, avec co-financement de son administrateur délégué Stéphane Moreau. Le dossier a également été transmis au parquet fédéral.

  1. La fermeture à 1h du matin, une demande francophone: “Ils mangent plus tard”

    La fermeture à 1h du matin, une demande francopho­ne: “Ils mangent plus tard”

    Les restaurants et les cafés pourront rouvrir leurs portes jeudi prochain, a annoncé la Première ministre Sophie Wilmès mercredi à l'issue du Conseil National de Sécurité. L'heure de fermeture maximale a été fixée à 1h du matin et non à minuit comme attendu. “Cela est dû à la mentalité méridionale des francophones. Ils mangent plus tard”, a justifié la ministre fédérale de L'Économie Nathalie Muylle (CD&V).
  2. L'un des ravisseurs de l’enfant de 13 ans avait été sauvé de la noyade par la police l’an dernier

    L'un des ravisseurs de l’enfant de 13 ans avait été sauvé de la noyade par la police l’an dernier

    Omar L., 25 ans, l’un des ravisseurs présumés de l’enfant de 13 ans à Genk, a été sauvé à la fin de l’année dernière par la police alors qu’il nageait dans l’Escaut. Sur des photos diffusées par HLN, on voit comment l’individu a été secouru par la police et les pompiers à l’aide d’une bouée. Il était, selon le journal flamand, en fuite après un cambriolage lors de l’incident.