L’opération de sauvetage de migrants au large de La Panne est suspendue

Mise à jourUne opération de recherche en mer du Nord a eu lieu au large de La Panne pour retrouver un groupe de migrants. Quatorze personnes seraient montées à bord d'une embarcation cette nuit avec des vestes de sauvetage en vue d’effectuer la traversée jusqu’en Grande-Bretagne. Selon toute vraisemblance, elles auraient ensuite regagné le littoral et pris la fuite. Six d’entre eux ont pu être retrouvés dans la matinée, mais huit autres sont restés introuvables. La zone de police “Côte ouest” a mis fin mardi à la mi-journée aux actions de recherche.

Des recherches étaient encore en cours ce mardi matin à La Panne tant sur la plage qu’en mer. Quatorze migrants ont essayé de rejoindre l’Angleterre dans un petit bateau mais celui-ci a chaviré. Cinq personnes sont parvenues à sortir elles-mêmes de l’eau, selon les autorités communales. “Il s’agit très probablement de transmigrants qui sont montés à bord d’un bateau cette nuit. Ils ont ensuite regagné le littoral”, explique le bourgmestre Bram Degrieck. 

Vers 3h30 du matin, un réfugié a été découvert sur la digue par la police. L’homme était en hypothermie et portait des vêtements détrempés, selon Het Laatste Nieuws. Il a expliqué qu’il était monté à bord d’un bateau avec treize autres personnes à La Panne mais que l’embarcation avait chaviré. Six personnes, cinq iraniennes et une afghane, ont entre-temps pu être interpellées alors qu’elles se trouvaient dans un bus en direction de la France. Huit personnes seraient toujours introuvables à l’heure qu’il est.

“Le problème se déplace chez nous”

Une opération de recherche a tout de suite été lancée et plusieurs affaires ont été retrouvées. Quatre bateaux de sauvetage, des policiers et des pompiers sont mobilisés pour tenter de retrouver les passagers. L’épaisse couverture nuageuse ne permet pas l’intervention d’un hélicoptère.

“Cela se passe plus fréquemment dans le nord de la France, mais les contrôles s’étant renforcés là-bas, le problème se déplace chez nous”, analyse le gouverneur de Flandre occidentale, Carl Decaluwé, qui entend de son côté intensifier les efforts afin d’éviter ce genre d’initiative. Il a récemment consulté les services concernés en Angleterre et en France et va aussi aborder la problématique des bateaux de migrants avec Interpol. “Nous devons mettre plus de moyens afin d’éviter que des réfugiés ne se lancent dans une telle aventure. C’est trop dangereux et les faits de mardi à La Panne le prouvent une fois de plus.”

Certains migrants sont parfois victimes de “fake news” sur les conséquences du Brexit diffusées par les trafiquants d’êtres humains, qui en profitent pour mettre la pression sur les réfugiés et les inciter à faire la traversée jusqu’au Royaume-Uni.

Recherches suspendues

Les forces de l’ordre ont suspendu les recherches en zone frontalière à la mi-journée. La zone frontalière a été passée au peigne fin par les forces de l’ordre belges et françaises afin de retrouver les huit autres personnes disparues, sans succès. “Des équipes dotées de drones, les pompiers et la police française ont recherché les huit migrants depuis Adinkerke jusqu’au nord de la France. Ils les ont également recherchés mer”, a précisé la zone de police de la “Côte ouest”. 

Plein écran
© DR

Réactions racistes sur les réseaux sociaux

Le président de la Sp.a, Conner Rousseau, a exprimé ce matin son indignation face aux nombreux commentaires racistes qu’il a lus sur les réseaux sociaux. “Ce sont des gens de chair et de sang. Jusqu’où allons-nous laisser faire ça?” a-t-il écrit sur Twitter.

Cette indignation a été partagée par plusieurs politiciens, comme Bart Somers (Open VLD): “Ne jamais s’incliner devant l’extrémisme. La dignité de chaque être humain est toujours au centre des préoccupations. Au-delà des lignes de parti”.