Plein écran
© getty

L'origine sociale creuse les inégalités de santé en Belgique

Les citoyens belges les plus pauvres présentaient en 2016 un risque de mortalité de 22% supérieur à celui de la population générale, ressort-il des chiffres de l'Agence intermutualiste, regroupant sept mutualités nationales. Par rapport aux tranches de population les plus aisées, le risque de mortalité est de 56% supérieur, relève Le Soir mardi.

"En d'autres termes: les Belges vivant dans les quartiers les plus pauvres ont un risque accru de 56% de décéder dans l'année par rapport à ceux qui vivent dans les quartiers les plus riches", commentent les experts de l'Agence.

Le travail de l'Agence intermutualiste, qui analyse des millions de données anonymisées, met aussi au jour des différences majeures entre régions alors que cette différence de risque est de 58% en Flandre, de 66% en Wallonie, mais retombe à 36% à Bruxelles.

Difficultés de soins
En matière d'incapacité de travail de 30 jours minimum, les travailleurs appartenant à la classe la plus faible présentent un sur-risque de 57% d'être indemnisés par rapport aux travailleurs qui appartiennent à la classe la plus élevée. En Flandre, la différence s'élève à 48% mais elle grimpe à 84% en Wallonie et à 91% à Bruxelles.

L'Agence intermutualiste cherche à expliquer les inégalités: "Pour les populations moins favorisées, un état de santé qui se dégrade signifie que les chances de survie sont moindres, que la probabilité de tomber en incapacité de travail augmente (et donc que les revenus disponibles diminuent encore alors que les dépenses de santé augmentent) et qu'on est davantage confronté à des maladies graves ou invalidantes. Tout cela reflète des conditions de vie, sociales et économiques, plus dures avec moins d'opportunités de pouvoir se soigner correctement".

  1. Deux frères se crashent en Porsche: “Il aimait rouler vite mais connaissait sa voiture par cœur”

    Deux frères se crashent en Porsche: “Il aimait rouler vite mais connais­sait sa voiture par cœur”

    Alors que la commune de Wijnegem (province d’Anvers) vient d’obtenir la promesse de voir installer un dispositif de contrôle de trajet sur la “route de la mort”, deux frères y ont été victimes d'un crash d’une extrême violence ce vendredi. La Porsche 911 turbo de Pedro, 44 ans, et Gaby, 39 ans, a été littéralement sectionnée lors de l’impact contre un arbre. L’aîné lutte pour sa vie sur son lit d’hôpital tandis que le cadet a été tué sur le coup. Ensemble, ils avaient une affaire de voiture de luxe d’occasion. “Oui, ils aimaient les voitures puissantes, mais ils les connaissaient de A à Z”.
  2. Drame à Grammont: Nick aurait poignardé son grand-père qui refusait de lui donner de l’argent
    Mise à jour

    Drame à Grammont: Nick aurait poignardé son grand-pè­re qui refusait de lui donner de l’argent

    Mercredi, un homme de 81 ans a perdu la vie à Grammont, poignardé par son petit-fils. Le soir-même, les voisins ont aperçu le suspect, Nick, 23 ans, acheter une glace au marchand de glace ambulant. Quelques minutes plus tard, il s’est rendu chez son grand-père avant de le poignarder à mort avec une paire de ciseaux. Il s’est ensuite retourné contre sa grand-mère, qui tentait d’intervenir. On soupçonne aujourd’hui le jeune homme d’avoir sonné à la porte de ses grands-parents pour réclamer de l’argent pour s’acheter de la drogue. Il a été placé sous mandat d’arrêt et inculpé d’assassinat et de tentative de meurtre sur sa grand-mère, a indiqué vendredi le parquet de Flandre orientale.