Plein écran
© getty

L'UE post-Brexit "coûterait" 800 millions de plus à la Belgique

La participation annuelle de la Belgique au pot commun européen devrait augmenter de 520 millions d'euros, relève mercredi L'Echo, après la publication par la Commission européenne du budget de l'après-Brexit. En tenant compte du manque à gagner de ressources douanières cédées à l'Union européenne, le "coût" de l'Europe augmenterait de 800 millions d'euros par an pour la Belgique.

A la suite de sa proposition de cadre financier pluriannuel (CFP), qui doit baliser les budgets de 2021 à 2027, la Commission européenne a détaillé ce que le budget de l'après-Brexit signifierait pour chaque État membre.
Selon le budget et la clé de répartition proposés par la Commission, la Belgique devrait verser 520 millions d'euros par an en plus au budget européen. Un montant brut, qui ne tient pas compte des subsides que les Belges pourraient obtenir de l'Union. 

Cette hausse est le résultat du départ du grand contributeur qu'est le Royaume-Uni et de la volonté de la Commission de maintenir les finances communes à flot pour investir. En termes relatifs, la contribution belge représenterait 0,91% de son revenu national brut, ce qui serait quasiment équivalent à la moyenne européenne (0,90%). La contribution budgétaire belge passerait ainsi à 4,36 milliards d'euros par an (en prix de 2018).

Mais ce chiffre n'est pas complet, car le budget a un coût additionnel pour la Belgique. Jusqu'ici, la Belgique peut garder 20% des taxes aux frontières, qui sont une ressource propre de l'UE. La Commission européenne propose désormais de faire tomber cette ressource à 10%, ce qui serait un manque à gagner pour la Belgique.

En tout, l'augmentation est donc d'environ 800 millions d'euros par an pour le pays.

  1. La photo de l’arrestation des “amants diaboliques”, 23 ans après les faits

    La photo de l’arrestation des “amants diaboli­ques”, 23 ans après les faits

    Nous vous l’annoncions hier, les “amants diaboliques” Hilde Van Acker et Jean-Claude Lacote ont été arrêtés en Côte d’Ivoire après 23 ans de cavale. Le couple était recherché depuis 1996 dans le cadre d’une exécution commise au Coq et figurait depuis 2016 sur la liste des suspects les plus recherchés. Une photo policière montre l’ancien couple juste après son arrestation: “Nous attendions ce moment depuis 23 ans”, réagit Martin Van Steenbrugge, commissaire à la police fédérale et à la tête de la Fugitive Active Search Team (FAST).
  2. “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitution du meurtre de Julie Van Espen

    “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitu­ti­on du meurtre de Julie Van Espen

    Steve Bakelmans, le meurtrier présumé de Julie Van Espen, en aveux des faits, a finalement collaboré à la deuxième reconstitution des faits organisée hier en toute discrétion à Anvers. Il a posé, devant le juge d’instruction et les parties, les gestes commis le 4 mai dernier contre l’étudiante de 23 ans. “Une épreuve” pour le suspect, a commenté la défense. Une analyse contredite par les parties civiles: “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans”, dément de son côté Me John Maes.