Plein écran
© AFP

La Belgique va rapatrier des orphelins venus de Syrie “dans les prochains jours et les prochaines semaines”

Après le conseil des minsitres de ce mercredi, Didier Reynders a annoncé que le gouvernement fédéral se préparait à rapatrier des enfants de Syrie en Belgique “dans les prochains jours et les prochaines semaines”. Cela serait une première pour notre pays. Cent dix Belges sont toujours détenus dans des camps en Syrie dont 60 mineurs. 

Comme plusieurs pays européens, la Belgique va faire revenir des enfants de Syrie. Mais l'organisation de ses retours devraient prendre du temps, selon le ministre des affaires étrangères.  

Des progrès ont été enregistrés sur l’épineuse question du rapatriement des enfants belges nés de djihadistes partis combattre dans les rangs de l’État islamique (EI) et retenus en Syrie, avec la signature d’un memorandum d’entente avec les autorités du Kurdistan irakien.

Un “memorandum” signé

“Ce MoU (memoradum d’entente) a été signé sur place” à Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan, à la suite de négociations menées par les Affaires étrangères, a-t-il précisé à l’issue d’un comité ministériel restreint (“kern”) rassemblant les principaux ministres du gouvernement fédéral et qui a fait le point sur la question.

M. Reynders (MR) a émis l’espoir que cette opération de rapatriement limitée puisse se concrétiser “dans les prochains jours ou semaines”, tout en restant discret sur les modalités. Il doit encore avoir des contacts avec son homologue irakien, le Kurdistan faisant partie stricto sensu de l’Irak et les relations entre Bagdad et Erbil étant souvent tumultueuses.

Priorité aux orphelins

Ce MoU porte sur la réception des enfants (en principe âgés de 10 à 12 ans au maximum et en donnant la priorité aux orphelins) et leur transfert des camps du nord-est de la Syrie vers Erbil à travers l’Irak, a ajouté le chef de la diplomatie belge.

“Nous procédons comme d’autres pays l’ont fait”, a-t-il souligné, en expliquant que le ministère de la Défense pourrait apporter une aide “sur le plan logistique”.

Comme le rappelle la RTBF, trois mineurs avaient quitté la Syrie par leurs propres moyens avaient pu être rapatriés depuis la Turquie cette année et l’année passée. La Belgique attend désormais l’accord formel des autorités kurdes.

  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.