Plein écran
© Ville de Namur

La brocante de Temploux, la plus grande de Belgique, a lieu ce week-end

Après une édition 2018 en demi-teinte (100.000 visiteurs) en raison d'une météo capricieuse, la brocante de Temploux espère renouer avec le succès ce week-end.

Par le passé, "la plus grande brocante du pays" a déjà accueilli plus de 150.000 amateurs de perles rares et bonnes affaires en un week-end. Elle espère à nouveau s'en rapprocher cette année, avec un public national et international venu des Pays-Bas, d'Allemagne, de France, d'Angleterre... et même des États-Unis.

Plus de 1.000 exposants sont annoncés dans les six kilomètres d'allées du village namurois de 2.200 habitants. Comme le veut la tradition, une bourse sera notamment dédiée aux collectionneurs le samedi, entre disques, pièces de monnaie, pin's, affiches publicitaires ou montres rares.

Une concentration de VW refroidies par air et de Transporter T3 se mêlera également à l'événement tout le week-end. Le dimanche sera lui marqué par la 7e édition du festival BD avec près de 30 dessinateurs. Un feu d'artifices est également prévu samedi à 22h30. En revanche, le festival rock habituellement au programme n'est pas reconduit.

Pas moins de 600 bénévoles seront à pied d'œuvre pour faire de cette nouvelle édition une réussite. Comme toujours, les bénéfices récoltés par l'organisation seront reversés à des associations locales. 

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.