Plein écran
© DR

La campagne choc contre les SMS au volant

Trois photos représentant des personnes regardant vers le bas: sont-elles mortes ou sont-elles en train d'écrire un SMS avec leur smartphone? "Don't text and die": le slogan de la campagne lancée par l'ASBL "Parents d'enfants victimes de la route" envoie un message clair. "Utiliser son smartphone au volant est aussi dangereux que de conduire sous influence."

Plein écran
© DR

Selon une enquête de l'IBSR, 26% des automobilistes utilisent leur téléphone au volant sans kit mains libres. 24% lisent leurs SMS et ils sont 16% à en envoyer. Les "chances" d'avoir un accident de la route sont dès lors de deux à... neuf fois supérieures! On compare ces risques avec une conduite avec un pourcentage d'alcoolémie de 0,8% dans le sang.

Appels, SMS, mails, web, ...
Des chiffres inquiétants, si on tient compte du fait que l'usage du téléphone au volant peut s'avérer mortel. Raison pour laquelle l'ASBL "Parents d'enfants victimes de la route" a décidé de lancer une grande campagne de sensibilisation.

"Avec l'apparition des smartphones, nous utilisons de plus en plus nos appareils", explique Koen Van Wonterghem, membre de l'ASBL, à Het Laatste Nieuws. "Plus seulement pour téléphoner mais aussi pour envoyer des SMS, consulter ses emails, surfer sur le web, ... Faites l'expérience par vous-mêmes lorsque vous êtes dans les embouteillages en regardant autour de vous... C'est certainement l'une des causes principales des accidents de la route, avec la vitesse et le conduite sous influence."

"Une vie sauvée, c'est déjà gagné"
L'ASBL a donc voulu marquer le coup pour la campagne de sensibilisation en faisant appel au photographe new-yorkais Andres Serrano, qui a accepté de travailler gratuitement. Personne ne peut dire si ces personnes sont vivantes ou non. "C'est justement le doute qui rend cette campagne aussi forte", explique Karen Corrigan, PDG de Happiness, la boîte de pub qui a réalisé la campagne. "Beaucoup de personnes vont se reconnaître sur ces photos. On espère qu'il réfléchiront à deux fois avant d'utiliser leur smartphone au volant."

Les affiches devraient d'abord circuler dans les magazines, avant de faire leur apparition dans les abribus. "Si nous parvenons à sauver une vie, c'est déjà gagné", conclut Corrigan.