Plein écran
Melikan Kucam © belga

La chambre des mises en accusation confirme la détention de Melikan Kucam

visas humanitairesLa chambre des mises en accusation d'Anvers a confirmé mardi la décision de la chambre du conseil de prolonger d'un mois la détention du conseiller communal Melikan Kucam (N-VA). L'avocat de l'intéressé avait en effet fait appel de la décision. L'élu nationaliste est suspecté d'avoir facilité la délivrance de visas humanitaires contre d'importantes sommes d'argent.

Melikan Kucam était l'un des particuliers qui, en concertation avec le cabinet de l'ancien secrétaire d'État à l'Asile et la Migration Theo Francken (N-VA), rédigeait des listes de personnes pouvant entrer en ligne de compte pour l'octroi d'un visa humanitaire. Il s'agissait notamment de membres de la communauté chrétienne assyrienne à laquelle l'intéressé appartient lui-même.

Une inscription en échange d'argent
Un reportage du magazine "Pano" de la chaîne publique flamande (VRT) semble également accréditer la thèse selon laquelle l'homme aurait perçu de l'argent en échange de l'inscription de noms sur cette liste.

Soupçons de traffic d'êtres humains
Melikan Kucam, incarcéré depuis le 15 janvier, est soupçonné de trafic d'êtres humains, d'organisation criminelle, de corruption passive et de détournement. Des accusations qu'il conteste fermement. Son fils de 21 ans, également poursuivi dans le cadre de cette enquête, a été remis en liberté sous conditions à la fin du mois de mars.