Des agents de la Crime Computer Unit (archives).
Plein écran
Des agents de la Crime Computer Unit (archives).

La Computer Crime Unit en sous-effectif

La Computer Crime Unit de la police fédérale devrait compter 44 collaborateurs, mais ils ne sont actuellement qu'au nombre de 20. A cela s'ajoute le départ de Walter Coenraets qui quitte ses fonctions de chef de service, rapporte De Standaard mardi.

Alors que les faits de criminalités classiques, comme les cambriolages ou les vols de voitures, tendent à reculer, la criminalité électronique a progressé. Le nombre de signalements a grimpé de 24.774 en 2008 à 45.250 en 2017.
La Computer Crime Unit est cependant en sous-effectif et devrait pouvoir compter sur 44 membres. Pourtant aujourd'hui, seules 20 personnes y travaillent. Plus surprenant encore, à peine six disposeraient d'un profil spécialisé nécessaire à la lutte contre la cybercriminalité. 

Désormais, même le chef du service, Walter Coenraets, a quitté ce département pour être chef de corps dans une police locale. Il tirait la sonnette d'alarme depuis longtemps, notamment dans une lettre adressée au sommet de la police fédérale en 2018 mettant en garde contre les conséquences de ce manque d'effectifs. 

Par la suite, le gouvernement fédéral s'est engagé à résorber la pénurie de personnel - un objectif qui est encore loin d'être atteint.

Le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem (CD&V) a déclaré par l'intermédiaire de son porte-parole qu'il "faisait ce qu'il pouvait dans les limites des activités actuelles du gouvernement pour remédier à la situation".