Plein écran
Des policiers à vélo patrouillent sur le piétonnier de Bruxelles. © photo_news

La consommation d'alcool sera interdite sur le piétonnier à Bruxelles

Mise à jourLe bourgmestre de Bruxelles Philippe Close (PS) propose des mesures visant à lutter contre les principaux problèmes dégradant l'image du piétonnier de la Ville, liés à la consommation excessive d'alcool et de drogue ainsi qu'aux troubles de santé mentale. L'alcool sera interdit d'ici la fin de l'année autour de la Bourse, annonce-t-il entre autres dans Le Soir et De Standaard mardi.

"On ne peut pas parler d'explosion de criminalité" dans le piétonnier, décrit Philippe Close, "mais il faut traiter le problème, on ne peut pas vouloir un grand espace public libéré mais constater que les gens n'osent pas y aller".

Parmi les responsables des nuisances, "les personnes en état d'ébriété permanente, qui ne sont plus maîtres d'elles-mêmes", reconnaît le bourgmestre. Le socialiste annonce une mesure phare: l'interdiction de consommer de l'alcool, entre minuit et six heures du matin, dans une zone pilote autour de la Bourse, sur 500 mètres. Avec amende, saisie des boissons, interpellation (pour les gens en état d'ivresse qui troublent l'ordre public) à la clé. Toutefois, les cafés pourront servir des boissons alcoolisées sur leurs terrasses, les night-shops continuer à en vendre.

Il s'agit d'un test qui pourra être étendu. Le bourgmestre espère que le règlement entrera en vigueur avant la fin de l'année, sinon, au début de l'année prochaine.

 Il suffit pourtant d’appliquer la loi, dit le MR

Il faut aménager une antenne de police mobile sur le piétonnier des boulevards du centre de Bruxelles, y faire respecter la loi interdisant de se trouver en état d’ébriété en rue et interdire l’accès à cette zone aux récidivistes. Ces propositions émanent du chef du groupe MR au conseil communal de la Ville de Bruxelles, David Weytsman. Celui-ci a dénoncé mardi ce qu’il considère comme un effet d’annonce du bourgmestre de la Ville Philippe Close. 

“Le projet de réaménagement du piétonnier ne peut réussir que si on assure l’ordre public au quotidien... Nous soutiendrons toutes les mesures efficaces et proportionnées, mais pas une vingtième communication d’un bourgmestre qui vise plus à faire oublier que sa majorité s’est à nouveau déchirée tout ce week-end que de répondre structurellement aux problèmes de propreté et sécurité”, a réagi David Weytsman.

Pour l’élu libéral, depuis 15 ans, l’insécurité est au coeur des débats bruxellois sans que “les bourgmestres socialistes” ne fassent quelque chose “tout en promettant de faire”.

“Le bourgmestre a déjà tout en main pour agir”

“La vérité c’est que le bourgmestre de Bruxelles a déjà tout en main aujourd’hui pour agir. Il possède déjà tout l’arsenal réglementaire pour intervenir. Ce n’est pas nécessaire de se lancer dans des interdictions généralisées et complètement incontrôlables”, a encore dit David Weytsman. 

Plein écran
David Weytsman. © Photo News