Cour des Comptes, Bruxelles
Plein écran
Cour des Comptes, Bruxelles © photo_news

La Cour des comptes met à nu les mandats 2018: 186 mandataires en défaut

Mise à jourLa Cour des compte publie vendredi, sur son site internet et au Moniteur belge, les listes des mandats, fonctions et professions 2018 des mandataires publics ainsi que les listes des mandataires qui n'ont pas déclaré leurs mandats et/ou leur patrimoine. Trois listes sont publiées. 

D’abord, la liste des mandats, fonctions et professions déposés par les personnes qui ont exercé en 2018, pendant toute ou partie de l’année, un mandat ou une fonction assujettissable. Ensuite, le liste des assujettis qui n’ont pas déposé leur liste de mandats et, enfin, la liste des assujettis qui n’ont pas déposé leur déclaration de patrimoine. Au total, 186 mandataires différents n’ont pas respecté leurs obligations et n’ont pas envoyé leur liste de mandats (163 listes manquantes) ou de patrimoine (43 déclarations manquantes). Les données sont aussi accessibles sur site internet de l’association Cumuleo.

Les mandataires publics (parlementaires, membres d’un gouvernement et leurs chefs de cabinet, gouverneurs de province, bourgmestres et échevins, administrateurs d’intercommunales, etc.) et les fonctionnaires dirigeants des administrations et organismes publics, sont tenus de communiquer annuellement à la Cour des comptes, par voie électronique, la liste de leurs mandats, fonctions et professions, ainsi que la rémunération liée à ces fonctions (montant annuel brut ou fourchette d’ordre de grandeur), rappelle l’institution sur son site internet.

Depuis 15 ans, les listes étaient rendues publiques pour le 15 août. Désormais, cette publication intervient six mois plus tard en raison d’une modification législative. Les députés ont en effet décidé sous la précédente législature de reporter la date limite des déclarations du 1er avril au 1er octobre, selon une proposition de modification du règlement de la Chambre adoptée à l’unanimité en mai 2018.

Cette nouvelle date est la conséquence d’une réforme de la déclaration des mandats adoptée peu avant. Dans le nouveau régime de déclaration, les mandataires doivent produire les fiches fiscales afférentes aux revenus tirés de leurs mandats. Les députés ont dès lors estimé qu’il n’était plus possible de conserver la date butoir du 1er avril.

La Région bruxelloise est de loin celle qui compte le plus de mandataires en infraction

Au total, 186 mandataires différents n’ont pas respecté leurs obligations et n’ont pas envoyé leur liste de mandats (163 listes manquantes) ou de patrimoine (43 déclarations manquantes), soit 105 francophones, 81 néerlandophones et aucun germanophone. La Région bruxelloise est de loin celle qui compte le plus de mandataires en infraction (43), devant le Hainaut (23) et le Brabant flamand et la province d’Anvers (19 chacun). A l’inverse, seuls trois mandataires sont en infraction en province de Luxembourg.

Côté francophone, le député bruxellois Ibrahim Dönmez (PS), l’ancien bourgmestre et président du conseil communal de Braine-le-Comte Jean-Jacques Flahaux (MR) ou encore le président du CPAS de Namur Philippe Noël (Ecolo) figurent sur la liste des personnes dites “en défaut de produire la liste de mandat”.

Parmi les élus n’ayant pas rendu leur déclarations de patrimoine, la Cour des comptes cite notamment, les échevins Abdellah Achaoui (PS, Molenbeek) et Fabian Maingain (DéFI, Bruxelles) ainsi que la bourgmestre de Saint-Nicolas, en province de Liège, Valérie Maes (PS).

Certains mandataires figurent sur les deux listes dont le bourgmestre d’Aywaille Thierry Carpentier (MR) et l’échevin molenbeekois et ancien député bruxellois Amet Gjanaj (PS).

  1. Le préavis de grève de la police fédérale temporairement suspendu

    Le préavis de grève de la police fédérale temporaire­ment suspendu

    Le préavis de grève au sein de la police fédérale a été suspendu jusqu'à mardi, a annoncé la CSC-ACV vendredi après une concertation sociale. Les syndicats avaient déposé un préavis de grève après que les agents se sont plaints d'un manque de matériel de protection contre le coronavirus. S'ils sont bien reconnus comme groupe prioritaire, les syndicats ne sont pas d'accord avec la prise en compte du risque.
  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.