Plein écran
Maître Adrien Masset © epa

La défense de Mehdi Nemmouche qualifiée de "séditieuse et de subversive"

Me Adrien Masset a pris la parole à la suite de son confrère, Me Maxime Nardone, mercredi après-midi devant la cour d'assises de Bruxelles, pour représenter les intérêts du Musée juif de Belgique. L'avocat a particulièrement insisté sur la stratégie de défense des avocats de Mehdi Nemmouche, qu'il qualifie de déloyale mais aussi de "séditieuse et subversive".

Me Masset a conseillé aux jurés de faire un tableau avec deux colonnes, afin de comparer les arguments de l'accusation et ceux de la défense, "à l'image de la balance de la justice". Pour le conseil, un "torrent de preuves" accable l'accusé. "Ce n'est pas une rivière ou un ru, ce n'est pas quelque chose qu'on enjambe par un petit exercice de gymnastique", a-t-il martelé.

Le pénaliste s'en est ensuite vivement pris à la manière dont les avocats de l'accusé Mehdi Nemmouche se sont comportés durant les débats.

La loyauté des arguments
L'avocat a avancé que, quelle que soit la partie que l'on défend, le principe en cour d'assises est la loyauté des arguments. "La loyauté interdit d'avancer masqué, parce que c'est essayer de mystifier le jury", a-t-il dit.

Les avocats de Mehdi Nemmouche ont "jeté l'anathème et l'opprobre sur le système judiciaire belge". C'est une "défense séditieuse et subversive", a-t-il dit.

"Lunettes ou pas lunettes, qu'est-ce que cela change? Absence de gants, qu'est-ce que cela change? Le fait de s'être laissé arrêter, le fait qu'il n'y ait pas eu de revendication... Et alors?", a exprimé l'avocat.

"On va bientôt voir David Copperfield arriver!"
"Mehdi Nemmouche se dit piégé. Par qui? Pourquoi et comment? Mystère et boule de gomme comme disent les enfants! Les avocats de Mehdi Nemmouche vont jusqu'à avancer que parce que l'appartement loué par Mehdi Nemmouche rue Saint-Joseph à Molenbeek-Saint-Jean était un duplex, c'est qu'il y a eu plusieurs personnes, que quelqu'un d'autre est passé par cet appartement et y a fait la vidéo de revendication! C'est le fantôme de la rue Saint-Joseph! On va bientôt voir David Copperfield arriver!", s'est-il exclamé. "C'est risible mais c'est tragique et c'est déloyal", a-t-il affirmé, plus grave.

"Terroristes"
Le pénaliste a terminé sa plaidoirie en rappelant aux jurés qu'ils auront à répondre à plusieurs questions binaires: oui ou non. La première de ces questions sera de savoir s'il s'agit d'assassinats et ensuite de savoir si ces assassinats sont terroristes, soit s'ils "ont porté gravement atteinte à un pays".

"Quatre victimes choisies au hasard ont été tuées de sang froid dans un musée. Une vidéo de revendication a été tournée avec un message prémonitoire: 'Bruxelles à feu et à sang'. Oui, on a bien cherché à intimider la population en détournant les gens des musées, en leur faisant craindre de mettre un pied dehors et en créant la panique au sein de la communauté juive", a affirmé l'avocat, rappelant que l'assassinat à caractère terroriste est l'acte le plus sévèrement puni par le code pénal. Il a terminé en qualifiant le procès d'historique, "le premier avec une prévention d'assassinats terroristes jugé en Belgique".

Plein écran
Michèle Hirsch © photo_news

"C'est Abaaoud qui a donné à Nemmouche la mission d'attaquer le Musée juif"
Abdelhamid Abaaoud est la personne qui a confié à Mehdi Nemmouche la mission d'aller commettre un attentat au Musée juif de Belgique, a affirmé mercredi après-midi lors de sa plaidoirie devant la cour d'assises de Bruxelles Me Michèle Hirsch, conseil du Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB).

L'avocate est revenue sur le témoignage des otages français en Syrie, qu'elle a qualifié de "tournant dans ce procès". "C'était un moment où l'on avait envie de fermer les yeux (...) Pour eux, raconter c'était revivre les violences. Revivre, alors que certains de leurs compagnons ont eux été tués."

Les témoins ont rapporté la "violence extrême, la dangerosité" de Mehdi Nemmouche, a-t-elle poursuivi, notant qu'on savait peu de choses sur les six premiers mois de l'accusé en Syrie, soit jusqu'à la prise d'otages.

Mehdi Nemmouche faisait partie de la filière des auteurs des attentats de Paris"
Après avoir soutenu qu'Abdelhamid Abaaoud avait donné sa mission à Mehdi Nemmouche, Me Michèle Hirsch a affirmé que ce dernier faisait "indubitablement partie de la même bande de tueurs" que tous les autres auteurs des attentats de Paris et Bruxelles.

Me Hirsch a évoqué cette conversation entre Mehdi Nemmouche et un autre détenu, surprise par une personne restée anonyme, lorsqu'il était incarcéré à la prison de Bois-d'Arcy en France dans l'attente d'être transféré en Belgique.

L'accusé aurait affirmé être "très heureux qu'il y ait quatre juifs en moins sur terre", précisant qu'ils "sont repartis dans un cercueil en Israël".