La “déshumanisation” et la “désertification” des gares

La SNCB a annoncé mardi l'adaptation des horaires des guichets de plusieurs gares. Pour la CGSP Cheminots et la CSC-Transcom, c'en est trop. Le syndicat socialiste estime qu'il s'agit "d'une nouvelle offensive de déstructuration du service public" et d'un nouveau pas "vers la déshumanisation et la désertification des gares"

Présentation d'un nouveau concept d'espace de vente, d'accueil et d'information pour les voyageurs de la SNCB en gare de Namur  (illustration)
Plein écran
Présentation d'un nouveau concept d'espace de vente, d'accueil et d'information pour les voyageurs de la SNCB en gare de Namur (illustration) © Photo News

"Le tout à la digitalisation a ses limites, pour le personnel et pour les voyageurs", estime le syndicat chrétien. De son côté, la SNCB affirme répondre à l'évolution du comportement des clients. Elle ajoute que ces adaptations n'auront aucun impact sur l'emploi, au contraire puisque de nouveaux collaborateurs viendront encore grossir les rangs dans les prochaines semaines.

Disparition progressive des guichets

A partir du 5 août, les gares de Bertrix, Marbehan, Virton, Binche, Luttre, Marchienne-au-Pont, Waterloo, Gouvy, Spa, Jurbise et Leuze seront fermées le week-end. Celles de Bertrix, Waterloo et Jurbise le seront en outre tous les après-midis, de même que celles de Libramont, Mariembourg, Saint-Ghislain, Ciney et Dinant. Enfin, les gares de Marloie, la Louvière-Centre, Tamines, Waremme, Welkenraedt, Tubize et Andenne ne proposeront plus de service aux guichets les dimanches. D'autres gares verront leurs horaires de guichet également réduits mais dans une moindre mesure.

Les syndicats dénoncent

Outre l'aspect économique de ces décisions, la CGSP Cheminots dénonce un "nouveau pas vers la déshumanisation et la désertification des gares". La SNCB a déjà fortement réduit le nombre de guichets à disposition, passés de 208 en 2007 à 135 l'an dernier, selon le syndicat. S'il reconnait aisément que l'évolution technique amène plus d'usagers à se tourner vers les automates et le digital, il regrette que la SNCB n'en profite pas pour réaliser une "réflexion globale" dans le but d'élargir les tâches des agents, leur permettant de devenir de véritables "conseillers en mobilité". 

Régions rurales fragilisées

La CGSP Cheminots déplore en outre qu'une fois de plus, l'initiative frappe particulièrement les régions rurales déjà "davantage fragilisées et isolées dans l'accès aux services publics""A la veille des élections, les acteurs politiques se prononçaient, quasi unanimement, en faveur du développement des transports en commun, et plus particulièrement des chemins de fer. La décision que vient de prendre la SNCB contredit fondamentalement cette logique...", estime enfin le syndicat socialiste. 

Lettre aux bourgmestres wallons

Son homologue chrétien n'a d'ailleurs pas hésité à le rappeler aux élus locaux. La CSC-Transcom a envoyé mercredi un courrier aux 37 bourgmestres wallons concernés les invitant à "raisonner" la SNCB et leur rappelant par la même occasion "que cette diminution de l'offre aura un impact considérable sur l'attractivité de la gare située dans leur commune".

Évolution des comportements

Pour la SNCB, cette adaptation des horaires de guichets - qui se fait annuellement - répond à l'évolution des comportements et attentes des clients. L'an dernier, la vente de billets via les canaux digitaux - automates compris - représentait environ deux tiers des ventes, affirme-t-elle. Elle constate également que son application est de plus en plus populaire, avec 735.000 utilisateurs par mois. L'entreprise rappelle que les adaptations d'horaires des guichets n'ont pas été faites à l'aveugle, mais qu'elles répondent aux attentes des clients.

"Dans certaines gares, le nombre de clients s'adressant au guichet est devenu marginal : le nombre de transactions par heure aux guichets pendant certaines périodes est en effet descendu en dessous d'un seuil minimum (à savoir un temps mort entre 60 % et 95 %)." 

Il n'y aura en outre aucun impact sur l'emploi puisqu'au contraire la SNCB a d'ores et déjà engagé 40 nouveaux collaborateurs pour le service aux clients et en prévoit d'autres pendant l'été.

  1. La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk devait-elle servir à financer le terrorisme?
    Play

    La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk de­vait-el­le servir à financer le terrorisme?

    Un garçon de 13 ans enlevé chez lui par un groupe d’hommes lourdement armés et masqués dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 avril a été libéré cette nuit, après des négociations opérées pendant des semaines entre la famille et les ravisseurs, qui exigeaient une importante rançon (5 millions d’euros selon certains médias). Il apparaît désormais, selon plusieurs médias, que les ravisseurs sont en réalité tous liés à la mouvance salafiste et djihadiste. Il ne s’agit donc peut-être pas d’un simple règlement de comptes lié à la drogue.
  2. Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas
    Play

    Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas

    Beaucoup de Belges ont franchi la frontière avec les Pays-Bas lundi pour faire des achats ou aller dans un café ou un restaurant. Les établissements horeca ont pu rouvrir ce 1er juin. "Il y avait du monde mais la distance a été garantie", a souligné le bourgmestre de Hulst (Zélande), Jan-Frans Mulder. Sur HLN, on lit de nombreux témoignages de Belges qui ont fait fi des règles: “Je ne sais pas si c’est autorisé, mais c’est un plaisir”, ont commenté les contrevenants.