Plein écran
© belga

La détention en centre fermé de Kaoutar Fal était illégale

La ressortissante marocaine Kaoutar Fal a été libérée par la chambre des mises en accusation car sa détention en centre fermé a été jugée illégale, a précisé mardi son avocat, Me Julien Hardy. Cette dernière est détenue au centre fermé 127 bis à Steenokkerzeel (Brabant flamand), dans l'attente de son expulsion. Selon l'Office des étrangers, c'est la Sûreté de l'Etat qui a demandé à ce que cette femme soit arrêtée car elle représenterait un risque pour la sécurité nationale.

"Ma cliente a été libérée par la chambre du conseil qui a jugé sa détention en centre fermé illégale. Cette décision a ensuite été confirmée par la chambre des mises en accusation le 9 juillet dernier", a précisé Me Julien Hardy. "Elle a donc été libérée le 10 juillet mais on ne lui a pas rendu son passeport qui lui aurait permis de quitter le territoire belge. Le 11, elle a alors été remise en détention", a expliqué l'avocat.

Kaoutar Fal, une Marocaine qui se décrit comme une femme d'affaires et présidente de plusieurs organisations, a expliqué dans une lettre avoir été interpellée en Belgique le 29 mai 2018. Son visa lui avait été retiré car elle est accusée d'espionnage pour les services de renseignements marocains. Elle avait ensuite été retenue au centre fermé de Steenokkerzeel. Après avoir obtenu sa libération à deux reprises, elle a, à chaque fois, été replacée dans ce centre.

Selon l'Office des étrangers, l'intéressée est retenue sur demande de la Sûreté de l'État. Son visa lui a été retiré sur base d'une note confidentielle.

L'avocat de Kaoutar Fal, lui, a introduit un nouveau recours auprès du Conseil du contentieux des étrangers.

  1. Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre  le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”
    Play
    Mise à jour

    Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”

    "Trop is te veel", a déclaré mardi à Silly le ministre wallon en charge des Aéroports, Jean-Luc Crucke. "Skeyes n'est plus un partenaire en terme de fiabilité", a ajouté le ministre, qui a annoncé la création d'un front wallon "dur et déterminé" des aéroports et de la Sowaer (Société wallonne des aéroports) contre le gestionnaire du trafic aérien. De son côté, Brussels Airport demande une astreinte de 50.000 euros par vol touché, a-t-on appris.
  2. Un policier soupçonné de violences à Molenbeek mis à l’écart
    Play

    Un policier soupçonné de violences à Molenbeek mis à l’écart

    Un policier de la zone Bruxelles-Ouest a été filmé par un riverain lundi soir, dans la rue du Presbytère à Molenbeek-Saint-Jean, en train d'asséner des coups de pied et de poing dans la tête d'un suspect maîtrisé et au sol, selon une information diffusée mardi par La Capitale et la RTBF et confirmée par la porte-parole de la zone de police de Bruxelles-Ouest (Molenbeek-Saint-Jean, Koekelberg, Jette, Ganshoren et Berchem-Sainte-Agathe).