Ce graphique représente le nombre d'hospitalisations dues au Covid-19 en Belgique. On s'aperçoit que la deuxième vague, dans laquelle nous serions en réalité déjà entrés, est deux fois plus imposante que la première.
Plein écran
Ce graphique représente le nombre d'hospitalisations dues au Covid-19 en Belgique. On s'aperçoit que la deuxième vague, dans laquelle nous serions en réalité déjà entrés, est deux fois plus imposante que la première. © Kurt Barbé

La deuxième vague pourrait être bien plus féroce que la première

Le biostatisticien de la VUB Kurt Barbé  tire à nouveau la sonnette d’alarme. Le scientifique a mis à jour son modèle graphique illustrant les prévisions des hospitalisations dues au coronavirus dans notre pays. Et il met en garde: si nous n’inversons pas rapidement la tendance, la deuxième vague, qui aurait en réalité déjà commencé, pourrait bien être plus féroce que la première. 

  1. “Je pense que nous avons une semaine pour inverser la tendance”

    “Je pense que nous avons une semaine pour inverser la tendance”

    “Le virage a été pris: on est passé de ‘va-t-on assouplir ou maintenir?’ à ‘va-t-on maintenir ou renforcer les mesures?’”, résume Marc Van Ranst au sujet des décisions du comité de concertation qui s’est tenu aujourd'hui. “Il n’y a pas eu de grande décision, mais le ton a quand même changé”, analyse-t-il. Sophie Wilmès a en effet déclaré qu’il n’y aurait pas de CNS anticipé, car la tendance à la hausse n’est pas globale. En effet, si les contaminations augmentent, ce n’est pas (encore) le cas des hospitalisations et des décès. Ce facteur a été déterminant dans la prise de décision. Mais le suivi sera plus sévère.
  2. La codirectrice de l'Autorité de protection des données claque la porte et dénonce son fonctionnement

    La codirectri­ce de l'Autorité de protection des données claque la porte et dénonce son fonctionne­ment

    Alexandra Jaspar, codirectrice du Centre de connaissance de l'Autorité de protection des données (APD), a fait part de sa démission dans une lettre adressée mardi, à la présidente de la Chambre (Eliane Tillieux, PS) et à la présidente la commission Justice (Kristien Van Vaerenbergh,N-VA), rapportent mercredi Le Soir et La Libre Belgique qui ont eu accès à une copie de la missive.
  1. Un livret d'épargne classique auprès d’une grande banque? Dans ce cas, le montant de vos épargnes ne sera doublé qu’au bout de… 636 ans
    Guide-epargne.be

    Un livret d'épargne classique auprès d’une grande banque? Dans ce cas, le montant de vos épargnes ne sera doublé qu’au bout de… 636 ans

    Depuis un certain temps déjà, les taux d’intérêt sur nos livrets d’épargne sont fort bas. Avec le taux minimal légal pour les comptes d’épargne réglementés, appliqué par la plupart des grandes banques, vous devriez attendre 636 ans avant que le montant de vos épargnes ne soit doublé. Toutefois, ceux qui optent pour des produits d’épargne ou d’investissement plus rentables, pourraient parvenir à augmenter de 100% leur capital durant leur vie. Ci-dessous, Guide-epargne.be vous explique comment ceci est possible.