Plein écran
© belga

La FGTB Brabant wallon rejette à son tour le projet d'accord interprofessionnel

Lundi soir, réunis dans le cadre d'un comité régional, plus de 130 délégués de la FGTB Brabant wallon se sont penchés sur le projet d'accord interprofessionnel (AIP) 2019-2020. Et ils l'ont rejeté à l'unanimité, considérant notamment que la marge salariale définie à 1,1% est insuffisante. La FGTB Brabant wallon pointe aussi les propositions en matière de mobilité, qui ne sont pas à la hauteur des revendications des milliers de jeunes mobilisés pour le climat. Les membres du comité régional estiment qu'il faut un plan d'actions fort et plaideront pour une grève de 24 heures avant la fin avril.

A l'analyse, pour les délégués de la FGTB Brabant wallon, il apparait que la marge salariale d'1,1% prévue par le projet d'accord interprofessionnel ne permet pas une augmentation significative du pouvoir d'achat, à hauteur des besoins de la population. Cette augmentation apparait également insuffisante au regard de l'enjeu de société qu'elle représente: une augmentation de 10 centimes d'euros par heure ne peut pas être considérée comme une avance, estime la FGTB Brabant wallon. Celle-ci précise également que l'évolution des allocations sociales ne peut être en aucun cas associée au projet d'accord interprofessionnel.

"Le comité régional de ce 18 mars estime qu'une réponse par un plan d'actions fort, interprofessionnel et national, permettra d'obtenir du patronat une augmentation du pouvoir d'achat à la hauteur de ce que les travailleurs et travailleuses méritent, au regard de leur contribution dans les richesses créées. La Régionale FGTB Brabant wallon plaidera, au sein de la FGTB, pour une grève de minimum 24 heures en faveur du pouvoir d'achat avant la fin du mois d'avril", conclut la FGTB Brabant wallon dans un communiqué.

Avant la FGTB Brabant wallon, la centrale générale et la régionale liégeoises de la FGTB, ainsi que les régionales Verviers-Communauté germanophone et du Centre du syndicat socialiste s'étaient déjà prononcées contre le projet d'AIP.

Le vote au comité fédéral du syndicat socialiste interviendra le 26 mars.

  1. Les syndicats de Thomas Cook Belgique pessimistes: “Il y a 1% de chance qu'une solution soit trouvée”

    Les syndicats de Thomas Cook Belgique pessimis­tes: “Il y a 1% de chance qu'une solution soit trouvée”

    "Cela ne s'annonce pas bien", a confié lundi après-midi Katrien Degryse, représentante du Setca, à l'issue d'une réunion générale entre direction et syndicats de Thomas Cook Belgique. "La direction a dit qu'il y avait 1% de chance qu'une solution se dégage des négociations. Cela ressemblait à un discours d'adieu." La situation est dès lors très mal embarquée, déplorent les syndicats.
  2. Philippe Close refuse de fermer les yeux face aux problèmes de sécurité sur le piétonnier

    Philippe Close refuse de fermer les yeux face aux problèmes de sécurité sur le piétonnier

    La situation constatée la nuit sur le piétonnier du centre de la capitale sur le plan des nuisances en tous genres est inacceptable "tant en termes d'image que de service à la population. Nous n'allons rien lâcher car nous voulons y mettre un terme. La détermination du corps de police et des services sociaux est entière", a affirmé lundi soir le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close (PS).