Plein écran
© photo_news

La France passe doucement au chantage pour les F-16

Si le gouvernement belge décide d'opter pour l'avion de combat américain F-35, la Belgique ne pourra pas participer au projet d'avion de chasse franco-allemand, a laissé entendre l'ambassadrice française Claude-France Arnould, selon les informations du Standaard. Selon La Libre, une décision sur le remplacement des F-16 de l'armée belge pourrait intervenir avant la fin du mois de juillet.

Selon La Libre, la N-VA a décidé de mettre le dossier du remplacement des avions de combat sur la table du conclave budgétaire. Le gouvernement fédéral est dans l'embarras, car l'offre du groupe français Dassault a été remise en dehors de la procédure officielle, or ils proposent un véritable partenariat stratégique avec la Belgique.

Dans le même temps, l'offre britannique Eurofighter et le F-35 américain, qui ont répondu à l'appel dans les règles, devraient coûter moins cher que prévu. Cela pourrait permettre d'investir l'argent restant pour participer au développement d'un avion de chasse franco-allemand baptisé SCAF (Système de Combat Aérien Futur).

Mais les Français, qui se sont liés à l'offre de Dassault, ne l'entendent pas de la sorte. "Si l'idée a émergé d'acheter le F-35 et de participer simultanément au SCAF, alors je dois indiquer qu'il y a un malentendu", a affirmé l'ambassadrice française, comme le relaie De Tijd.

Elle n'a pas commenté une éventuelle combinaison de l'Eurofighter avec le projet SCAF.

Des propos qui déplaisent à Charles Michel

Plein écran
© reuters

L'ambassadeur de France à Bruxelles, madame Claude-France Arnould, a reçu un appel téléphonique du conseiller diplomatique du premier ministre Charles Michel après ses propos tenus jeudi dans le quotidien De Standaard à propos du dossier du remplacement des avions F-16, selon une source qui ajoute que l'Élysée et Matignon "ont pris acte" de cette communication.

Cette déclaration n'a pas plus au premier ministre Charles Michel. Son conseiller diplomatique a appelé l'ambassadrice par téléphone jeudi matin. Selon une source, Mme l'ambassadrice "a été, pour ainsi dire, rappelée à l'ordre". Et le président français Emmanuel Macron ainsi que le premier ministre Edouard Philippe "ont pris acte" de cette communication.

Personne à l'ambassade, à l'Élysée ou à Matignon n'était en mesure de confirmer cette information jeudi midi.

  1. Enquête sur une gorgée de vin fatale: de la drogue insérée dans une bouteille encore fermée

    Enquête sur une gorgée de vin fatale: de la drogue insérée dans une bouteille encore fermée

    Le parquet d’Anvers mène une enquête après le décès suspect d'une femme de 41 ans à Puurs-Sint-Amands fin 2019. La quadragénaire a succombé après avoir bu une simple gorgée d'un verre de vin “RED Merlot Cabernet Sauvignon 2016" de la marque Black&Bianco. La bouteille aurait été manipulée et une dose mortelle de MDMA (amphétamines) aurait été ajoutée dans le liquide. Le parquet avertit tout détenteur d’une bouteille similaire d'un risque potentiel et indique qu’il convient de prévenir la police si le bouchon d'une de ces bouteilles semble avoir été manipulé.
  2. Affaire des visas humanitaires: le parquet en appel de la libération sous conditions de Melikan Kucam

    Affaire des visas humanitai­res: le parquet en appel de la libération sous conditions de Melikan Kucam

    Le parquet a décidé mercredi d'interjeter appel contre la décision de la chambre du conseil d'Anvers, mardi, de libérer sous conditions Melikan Kucam. L'ex-conseiller communal N-VA à Malines, soupçonné d'avoir monté une fraude dans l'attribution de visas humanitaires, doit donc continuer à porter un bracelet électronique. L'affaire sera traitée dans les 15 jours par la chambre des mises en accusation.