La fraude fiscale coûte 30 milliards par an

Les mesures contre les dissimulations fiscales manquent leur effet. L'économie souterraine dans notre pays n'a pas diminué ces dernières années, malgré l'amnistie fiscale, les chèques services et la lutte contre la fraude fiscale.

C'est ce qu'affirment jeudi dans la presse le professeur Michel Maus de la VUB et le député sp.a Dirk Van der Maelen qui affirment que la raison en est que les parquets et le fisc ne collaborent pas assez. Ils évaluent la fraude fiscale à 30 milliards d'euros de manque à gagner pour l'Etat. "Selon la Banque Nationale de Belgique, il serait aisément possible de récupérer 10% de ce montant. Cela représenterait 3 à 3,5 milliards d'euros, soit précisément le déficit budgétaire estimé", affirme le député.

Le professeur Maus et le député Van der Maelen plaident tous deux pour la mise sur pied d'un auditorat fiscal, analogue à l'auditorat du travail. Celui-ci devrait permettre de rassembler les forces administratives, policières, sociales et judiciaires contre le phénomène. "La police et l'inspection sociales interviendraient sur le terrain. Les magistrats de parquet détermineraient quelle suite donner aux résultats des enquêtes ainsi menées". (belga)

  1. Une enveloppe de 12 millions débloquée pour les indépendants complémentaires

    Une enveloppe de 12 millions débloquée pour les indépen­dants complémen­tai­res

    Le ministre fédéral des Indépendants Denis Ducarme (MR) a obtenu l'accord du kern pour étendre le droit passerelle, auparavant réservé aux indépendants temps plein, aux indépendants complémentaires et aux pensionnés actifs indépendants qui ont dû cesser totalement ou partiellement leurs activités en raison de la crise du coronavirus. Une enveloppe de 12 millions d'euros a d'ores et déjà été débloquée, écrivent jeudi La Dernière Heure et Het Laatste Nieuws.