Plein écran
© ANP

La gérante du magasin JD Sports risque jusqu'à un an de prison

La gérante du magasin JD sports suspectée de propos racistes, a été privée de liberté le temps de son audition vendredi matin, a indiqué le parquet de Liège. La principale intéressée risque jusqu'à un an de prison ainsi qu'une amende.

La jeune femme a été privée de liberté vendredi matin le temps de son audition. “Cette privation de liberté était la seule façon législative d'obtenir l'audition rapidement “, a précisé Catherine Collignon, la magistrate presse du parquet de Liège. Cette privation de liberté a pris fin au terme de l'entrevue.

La suspecte reconnaît les faits, mais minimise ses paroles en expliquant qu'elle s'exprimait sur le ton de l'humour. Le parquet insiste sur le fait que le ton utilisé, ne modifie en rien l'infraction commise. 

Les propos racistes reprochés à la gérante, ont été prononcés dans le magasin JD Sports de la Médiacité à Liège, il y a deux semaines. En fin de journée, les employés sont toujours fouillés afin de vérifier s'ils n'ont rien volé. Le jour des faits, la manager a demandé à ses équipes de se séparer en trois groupes, les "arabes", les "gwères" et enfin les "macaques". Une vidéo des "explications" de la gérante a été diffusée sur les réseaux sociaux et est devenue virale.

Depuis la publication de la vidéo, au moins deux magasins de la chaîne ont été pillés, l'un à Liège et l'autre à Bruxelles. Le parquet de Liège rappel que l'appel à la violence est également une infraction punissable par la loi.

  1. La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk devait-elle servir à financer le terrorisme?
    Play

    La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk de­vait-el­le servir à financer le terrorisme?

    Un garçon de 13 ans enlevé chez lui par un groupe d’hommes lourdement armés et masqués dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 avril a été libéré cette nuit, après des négociations opérées pendant des semaines entre la famille et les ravisseurs, qui exigeaient une importante rançon (5 millions d’euros selon certains médias). Il apparaît désormais, selon plusieurs médias, que les ravisseurs sont en réalité tous liés à la mouvance salafiste et djihadiste. Il ne s’agit donc peut-être pas d’un simple règlement de comptes lié à la drogue.
  2. Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas
    Play

    Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas

    Beaucoup de Belges ont franchi la frontière avec les Pays-Bas lundi pour faire des achats ou aller dans un café ou un restaurant. Les établissements horeca ont pu rouvrir ce 1er juin. "Il y avait du monde mais la distance a été garantie", a souligné le bourgmestre de Hulst (Zélande), Jan-Frans Mulder. Sur HLN, on lit de nombreux témoignages de Belges qui ont fait fi des règles: “Je ne sais pas si c’est autorisé, mais c’est un plaisir”, ont commenté les contrevenants.